2ème Conférence internationale de la justice : l’exemple gabonais se vend bien !

vendredi 25 octobre 2019 Société & environnement


Signe que la justice sous toutes ses formes constitue une préoccupation des autorités gabonaises et du Gabon cela va sans dire, sa participation du 21 au 22 octobre dernier dans la ville de Marrakech au Maroc, personnifiée par la présence à ce forum du Ministre d’Etat gabonais de la justice, garde des sceaux, ministre de l’intérieur, Edgard- Anicet Mboumbou Miyakou, porteur du message du président de la République Ali Bongo Ondimba, message selon lequel rien ne vaut sans une justice riche et adaptée aux réalités et mutations sociologiques dans un pays prétendant se développer.

Et le thème de la rencontre « Justice et Investissement : défis et enjeux » suffisait à démontrer l’importance qui lui était accordée. Un honneur alors pour le Gabon d’y participer, occasion saisie par le représentant gabonais pour, aux yeux des participants, exposer les pratiques de son pays en matière d’environnement des affaires. Au Gabon, a affirmé Edgard- Anicet Mboumbou Miyakou, : « la création de tribunaux du commerce et du travail font partie de réformes ayant déjà abouti à l’élaboration et la promulgation de textes visant à renforcer la sécurité juridique et judiciaire des investisseurs, d’où la création à cet effet de tribunaux de première instance ».

Dans son pays, sous l’impulsion du président de la République, chef de l’État Ali Bongo Ondimba, a poursuivi le chef de délégation gabonaise aux assises de la capitale économique marocaine, « des textes ont donné lieu à la création de formations spécialisées au sein du tribunal de première instance et de la cour judiciaire de Libreville aux fins de juger les infractions relatives aux nouvelles formes de criminalité, notamment le terrorisme, le blanchiment des capitaux et d’autres infractions à caractère économique  ».

En somme, a soutenu Edgard- Anicet Mboumbou Miyakou, « la création de tribunaux du commerce et du travail visent la lutte contre la mauvaise gouvernance économique, ce pourquoi le Gabon qui ne veut pas rester en marge de la dynamique mondiale, s’est engagé dans une politique de réformes tous azimuts à l’origine de textes « révolutionnaires » visant le renforcement de la sécurité juridique et judiciaire des investisseurs  ». Il était question ici pour le représentant du Gabon de non seulement faire entendre la voix de son pays, mais aussi inviter ses interlocuteurs à partager et mutualiser leurs efforts en vue d’améliorer l’environnement des affaires dans leurs pays respectifs. Message très certainement compris pour ne pas dire bien perçu par les participants aux assises de Marrakech qui ont, à l’issue de la rencontre et des échanges, pris l’engagement de mettre en œuvre les recommandations de la capitale économique marocaine, considérant à l’unanimité qu’il est plus que nécessaire que soit amélioré la climat des affaires dans leurs pays respectifs pour que l’Afrique tout entière puisse en tirer profit dans ce contexte de mondialisation et de regroupements régionaux.


Dounguenzolou

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs