9e Escales Documentaires de Libreville : Note de fin satisfaisante

mardi 9 décembre 2014 Culture & people


Des 21 projections de films documentaires, en passant par la pédagogie à l\’image destinée aux élèves des lycées et collèges, jusqu\’aux échanges entre professionnels, la 9e édition des Escales Documentaires de Libreville, s’est clôturée sur une note de satisfaction, selon les responsables de l\’Institut Gabonais de l\’Image et du Son (IGIS).

Dimanche 7 décembre 2014, c\’est
sur la projection de trois films documentaires, \"We were rebels\" des
cinéastes allemands Katharina Von Schroeder et Florian Schewe, \"Fragments\"
du Marocain Hakim Belabbes, et ‘’Tinghir-Jérusalem, les Echos du mellah\"
du Franco-Marocain Kamal Hachkar, que la 9e édition des Escales Documentaires
de Libreville,  a pris fin.

Pour les organisateurs de
l\’événement, cette édition fut une totale réussite.  

« La 9e édition des Escales Documentaires de Libreville qui est une
opération conjointement organisée par l\’Institut Gabonais de l\’Image et du Son
(IGIS) et l\’Institut Français de Libreville, fut une assez belle édition. Nous
avons eu une programmation variée, mais pertinente. L\’action que nous avons eu
à faire à l\’endroit des élèves des différents établissements de la place fait
que nous avons été dans une dynamique pédagogique assez structurante et c\’est
une de nos satisfactions »,
a fait remarquer Imunga Ivanga, directeur
général de l\’IGIS à l\’issue de l\’événement.

Une programmation variée et
pertinente, car la 9e édition des Escales Documentaires de Libreville fut un
moment de détente, d\’apprentissage, de culture, d\’introspection, de questionnement
sur soi et sur la contribution de chacun à la société.

Des films tels que \"Le Club
des silencieux\", \"Camus, Sartre : une amitié déchirée\", \"Nelson
Mandela, au nom de la liberté\", \"Bintou\", \"Examen d\’Etat\",
\"Lord du camp 6\", \"La souffrance est une école de sagesse\",
\"We were rebels\", ont permis aux spectateurs de relire en images, de
nombreux faits historiques et comprendre l\’origine de certaines problématiques
bien connues en Afrique, comme le conflit Soudan du Sud et Soudan du Nord.

« Je n\’ai pas assisté à toutes les projections, mais les films documentaires
comme Camus, Sartre : une amitié déchirée, Bintou, Examen d\’Etat et We were
rebels, m\’ont beaucoup appris. Pour moi, ces projections ont été une réussite
car elles avaient une dimension pédagogique aussi bien  que fictionnelle
 », a souligné un
spectateur.

Un succès  qui permet donc aux responsables de l\’IGIS de se
préparer pour  la 10e édition qui aura
lieu pratiquement à la même période l’an prochain.

« Au niveau de l\’organisation, cela a été une réussite car nous n\’avons
pas observé de désagréments, même si rien de ce qui est fait par l\’homme n\’est
parfait. Les Escales Documentaires de Libreville se construisent. Nous sommes
aujourd\’hui à la 9é édition, et nous travaillons déjà pour la 10e édition car
nous voulons qu\’elle se pérennise puisque l\’idée est de faire de
Libreville, une place importante en matière
de documentaire
 », a conclu le directeur de l\’IGIS.


SYB

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs