Achat de véhicules de luxe : La défense de Pierre-Claver Maganga Moussavou

mercredi 1er août 2018 Politique


Le vice-président de la République gabonaise, Pierre-Claver Maganga Moussavou vient enfin de briser le silence dans l’affaire d’achats de véhicule de luxe qui fait grand bruit depuis peu. Sans nier les faits qui lui sont reprochés (Ndlr : une telle dépense, 650 millions de Fcfa au moment où l’austérité est rabâchée), ce dernier dans une récente interview accordée à nos confrère du site Jeune Afrique révèle son intention d’ester en justice le concessionnaire automobile Bentley. Lequel concessionnaire, selon lui, a rendu publique la transaction d’achat en divulguant les factures.

L’achat de trois véhicules de haut standing pour une valeur de 650 millions de Fcfa est très mal perçue dans l’opinion gabonaise en pareil temps de crise. Surtout lorsque l’intéressé n’est autre que le vice-président de la République, Pierre-Claver Maganga Moussavou. Certains de vite y voir un « détournement de deniers publics ». Au-delà des spéculations, c’est plutôt la réaction de l’incriminé qui ne surprend guère certains comme Jonas Ibinga Ibinga. « Le régime est coutumier du fait. Une fois le dos au mur, ils (Ndlr : les tenants du pouvoir) tentent de cacher, sous une pseudo-plainte qui d’ailleurs a du mal à dissimuler leur boulimie de luxe, alors que de nombreux citoyens croupissent dans la misère. Nous avons observé les mêmes réactions avec son patron avant et pendant la présidentielle alors qu’il était acculé de toute part ».

Pour Pierre-Claver Maganga Moussavou qui ne dément pas l’achat, il estime cependant que la transaction aurait dû demeurer secrète. C’est pourquoi il se dit remonté par la divulgation de sa facture d’achat. Ce dernier, qui ne compte pas en rester là, a décidé de porter plainte contre le concessionnaire. Dans la foulée, il explique cependant qu’il n’a pas utilisé l’argent du contribuable gabonais et que cet achat a été échelonné sur plusieurs mois. « À 66 ans, j’espérais pouvoir m’offrir une Bentley sans que cela ne fasse autant de remous » a coupé court le vice-président qui soupçonne une main noire derrière cette révélation.

Vrai ou faux, toujours est-il que pour une personnalité de son acabit, la frontière entre vie privée et vie publique est infime. Mieux, au moment où le front social est quasi en état d’ébullition à la suite des mesures impopulaires récemment décrétées par les autorités gabonaises, cette affaire d’achat de véhicule de luxe donne du grain à moudre aux détracteurs du pouvoir, d’où l’agitation enregistrée sur la toile et dans la plupart des foyers gabonais.


Tony Muru

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs