Achat de véhicules de luxe : Pierre Claver Maganga Moussavou cloué au pilori !

lundi 30 juillet 2018 Politique


A la surprise générale, le Vice-président de la République Pierre Claver Maganga Moussavou a annulé à la dernière minute la conférence de presse improvisée à la suite du scandale inhérent à son achat de trois véhicules de haut standing, et ce, d’une valeur de 650 millions de FCFA. Un scandale qui suscite moult commentaires en pareille période d’austérité.

A l’image de l’affaire « Benalla » qui ébranle la France et son Président, Emmanuel Macron depuis bientôt 12 jours, l’achat avéré ou supposé, c’est selon, de trois véhicules haut standing d’une valeur de 650 millions de Fcfa, prend de l’ampleur sur les réseaux sociaux. A cela s’ajoute l’annulation « incompréhensible » de la conférence de presse de Pierre Claver Maganga Moussavou. Une sortie pourtant qui lui aurait permis de livrer sa part de vérité. A en croire la facture ventilée sur les réseaux sociaux, Pierre Claver Maganga Moussavou s’est offert une Bentley Continental GT S8 d’une valeur de 103 millions de F CFA, une Mercedes-Benz d’une valeur de 50 millions de FCFA (Ndlr : deux véhicules déjà livrés) et une Porsche Cayenne d’une valeur de 500 millions en cours d’acquisition.

Qu’en pense l’opinion ?

C’est un truisme de dire que cette affaire suscite l’indignation voire l’ire de nombreux Gabonais. Et pour cause, au moment où les autorités gabonaises prêchent pour la réduction du train de vie de l’Etat, en mettant les fonctionnaires au régime de l’austérité, l’une des personnalités les plus importantes du pays, au regard du poste occupé, s’adonne à de telles dépenses. D’où la colère du contribuable.

« Ils n’ont même pas honte, ils jouissent alors que les populations peinent à vivre, que le coût de vie ne cesse d’augmenter, et qu’ils annoncent aux fonctionnaires une réduction de salaire pendant que nous savons tous que le prix du baril de pétrole est en hausse. (…) On comprend bien que ce régime se fout du bien-être des gabonais. Ils sont là pour leurs familles et pour se servir eux-mêmes et non pour servir le plus grand nombre », a tempêté un fonctionnaire ayant requis l’anonymat.

Une version battue en brèche par Arlette Boussiengui Ngalebika qui voit dans ce scandale une main noire. « Cela pourrait être un travail de sape de l’opposition gabonaise ou un fake news pour nuire à la réputation du Vice-Président voire pour affaiblir le Président Ali Bongo. L’affaire ‘’Benalla’’ en France est assez illustrative. A l’approche des élections déterminantes pour PDG et Ali Bongo l’opposition use et abuse une fois de plus de sa tactique habituelle ».


Tony Muru

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs