Alimentation : Nestlé tord le cou aux rumeurs !

vendredi 14 avril 2017 Santé


Pour mettre un terme aux rumeurs persistantes relatives à la dangerosité de certains produits de ses différentes gammes, notamment le cube et l’arôme Maggi, Nestlé vient d’ouvrir les portes de son usine sous-régionale de Bonabéri, (un quartier périphérique de Douala au Cameroun) à la presse. Une visite guidée à laquelle Gaboneco.com a été convié, en compagnie des confrères Gabonais et Camerounais. Et comme il fallait s’y attendre, les récriminations contre le bouillon (mélange d’épices et de condiments décliné en plusieurs formes tel que le cube) créé par Julius Michael Maggi en 1846, ont été passées au peigne fin.

Il est de coutume d’entendre çà et là des récriminations contre l’arome et le cube Maggi, tous deux produits de Nestlé. Bon nombre de personnes et même appartenant au corps médical déconseillent fortement la consommation desdits produits. Ces derniers sont d’avis que la quantité de sel contenue dans ces produits de consommation courante favoriserait l’hypertension artérielle. Face à la persistance de ces allégations, Nestlé est sorti de son mutisme à l’occasion d’une visite guidée de l’usine de Bonabéri-Douala, le 12 avril courant. Laquelle usine ravitaille toute la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale, Cémac, (Ndlr : Tropical Cluster, appellation consacrée à Nestlé) et d’autres pays en produits Nestlé. Objectif : édifier la presse sur le respect des normes sanitaires de production et la qualité des produits sortant de l’usine.

Usine de Bonabéri-Douala ?

Pas moins de 398 travailleurs de différentes nationalités s’activent quotidiennement à l’usine de Bonabéri-Douala. Normal, le marché de la cémac ne doit pas enregistrer de pénurie en produits Nestlé (lait, condiments et café, pour ne citer que ceux-là). Là-bas, la propreté du site et le respect cardinal des normes sécuritaires sautent à l’œil de n’importe quel inculte en matière de qualité, hygiène, sécurité et environnement, QHSE. Tout y passe : équipement de protection individuelle, (combinaison, sécurité etc.), zones de stérilisation des mains, rampes de sécurité, laboratoires, machines automatisées. Bref, les petits plats sont mis dans les grands à Bonabéri.
Entre la récolte d’épices et condiments dans les champs et la fourchette, 410 tests sont effectués à différents niveaux dans la fabrication du cube et autres dérivés de Nestlé. D’où les différentes certifications Iso de l’usine dont la première obtenue en 2008. Dans le même registre, Bonabéri-Douala au 12 avril courant comptabilise 1799 jours sans accidents occasionnant l’arrêt de travail.

A en croire Patrick Epanda, Responsable Qualité de Nestlé-Cameroun qui reprend le crédo du top management du groupe : « La qualité et la sécurité sont non négociables ». Il faut dire que Nestlé met l’accent sur son développement. C’est pourquoi l’entreprise a investi entre 2005 et maintenant plus de 23 milliards de FCfa dans la seule usine de Bonabéri. C’est du moins ce que l’on apprend de Tala Faye, Directeur de l’usine.

Quid des rumeurs ?

Dans l’entendement populaire, le cube Maggi et ses différentes variantes, ainsi que l’arome de la même marque sont bondées de sel. Fort de cela, sa consommation est déconseillée surtout pour les personnes soufrant d’hypertension artérielle. Des allégations bien évidement battues en brèche par le personnel de Bonabéri. Si l’on en croit Tala Fall, un cube Maggi contient 2,4 g de sel et représente 1% des besoins en matières grasses dont le corps humain a besoin quotidiennement. Pour le Responsable de la marque Maggi à Bonabéri, Gaetan Teje, ce n’est pas tant le produit qui pose problème, mais sa mauvaise utilisation. En effet, lors de la préparation outre le cube utilisé pour l’assaisonnement de nombreuses, des personnes ajoutent du sel. Une pratique très dangereuse !

En effet, il ne faut pas associer le sel au cube. Le Directeur de l’Usine, Tala Fall s’appuyant sur des calculs est d’avis que pour un plat de six personnes, il faut utiliser 5 bouillons de Maggi (cube) et rien d’autres. Un avis que ne partagent pas forcément de nombreuses cuisinières, dont notre consœur de l’Union, Josiane Mbang Nguema qui soutient que cette quantité est énorme pour un tel plat. Bon à savoir l’organisation mondiale de la santé, OMS, recommande la consommation de 5g de sel par jour.


YFI

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs