Aménagement hydroélectrique : Le FGIS et Eranove soucieux du respect de l’environnement

vendredi 13 juillet 2018 Société & environnement


Au Gabon, le Fonds gabonais d’investissement stratégique (FGIS) et Eranove tiennent à limiter les dégâts sur l’environnement. Jeudi 12 juillet courant, les deux promoteurs des projets d’aménagement hydroélectriques de Ngoulmendjim et Dibwangui ont présenté à l’hôtel Palme d’Or à Libreville, les résultats de l’étude initiale du milieu naturel de leurs projets.

Pour le développement de leurs projets d’aménagement hydroélectrique de Ngoulmendjim et Dibwangui, le Fonds Gabonais d’investissement stratégique et Eranove veulent concilier à leur démarche économique, un aspect écologique voire durable. Après la signature en octobre 2016 dernier de deux conventions de concession avec l’Etat gabonais pour la conception, le financement, la construction et l’exploitation des centrales hydroélectriques précitées, le Groupement vient de commanditer une étude du milieu naturel des sites d’aménagement des projets. Présentée hier à l’hôtel Palme d’Or, l’étude offre « une bonne connaissance de la biodiversité locale » et permet de penser à un meilleur « équilibre entre l’empreinte du projet et son efficience ».

Un engagement qui ne pouvait passer outre mesure, car pour le directeur général du Groupe industriel panafricain Eranove, Marc Alberola c’est « le préalable à la mobilisation des financements et (…) des partenariats publics privés responsables ». Cette étude n’a pas selon le Ministre de l’énergie et de l’eau, Patrick Eyogo Edzang, pour objectif de dresser la description exhaustive des écosystèmes des sites. Bien au contraire, ajoute ce dernier, elle identifie les espèces de la faune et de la flore sensibles et celles ayant un statut particulier selon la législation nationale et internationale. « Ces conclusions serviront d’indicateurs de sensibilité des sites et ce sont ces espèces qui feront l’objet d’attentions particulières lors de l’élaboration de l’étude d’impact environnemental et notamment pour la définition et la mise en place des mesures d’atténuation pendant la réalisation des projets », explique le Ministre.

Toutefois, si les deux projets répondent à la volonté gouvernementale de sécurisation de l’offre énergétique locale et permettront à terme, d’accroître la part de l’hydroélectrique dans le mix énergétique, ils envoient selon l’Administrateur directeur général du FGIS, Serge Thierry Mickoto, « un signal fort quant à l’implication du Gabon dans le développement d’une énergie propre, durable et accessible pour tous les Gabonais ». En effet, si le Groupement a placé le volet environnemental dans ses priorités, c’est avant tout par souci de préservation du riche patrimoine naturel que regorgent les zones d’aménagement. Pour leur réalisation, les études ont mobilisé des équipes d’experts internationaux qui, pendant un an, ont étudié dans la zone d’influence la qualité de l’eau, la macrofaune biologique, les poissons, la flore, les amphibiens, les reptiles, les insectes, les oiseaux et les grands mammifères.


Michaël Moukouangui Moukala

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs