Assemblées annuelles du FMI et de la BM : Le plaidoyer du Gabon à Washington

mercredi 23 octobre 2019 Economie


A Washington, aux Etats-Unis, à l’occasion des Assemblées annuelles du Fonds monétaire internationale (FMI) et de la Banque mondiale (BM) organisées sur une période de sept jours, la délégation gabonaise conduite par le Ministre de l’économie, Roger Owono Mba, a plaidé pour la simplification des procédures de décaissements et une hausse des plafonds alloués aux pays en difficulté, notamment le Gabon dans le cadre de l’aide au développement.

Partenaires financiers historiques, cela fait plusieurs années que le Fonds monétaire internationale (FMI) et la Banque mondiale (BM) accompagnent le développement économique et social du Gabon, à travers des soutiens financiers, conformément aux partenariats bilatéraux qui les lient. Si ces fonds sur l’année ou sur une période précise sont en général réguliers, les procédures d’accès encore moins leurs plafonds ne permettent pas toujours de régler dans leur entièreté, les problèmes qui ralentissent le développement du Gabon.

Financé à hauteur de 642 millions de dollars soit, 350 milliards de francs CFA au titre du mécanisme élargi de crédit du FMI, sur une période de trois ans, le Plan de relance économique (PRE), le projet lancé il y a quelques années au Gabon et présenté comme la réponse aux difficultés économiques que rencontre le pays depuis 2014 est un projet glouton aux résultats mitigés qui illustre bien cet état de fait.

Conscient de cela, le Ministre de l’économie, Roger Owono Mba a appelé les partenaires financiers du Gabon, non seulement à simplifier les procédures de décaissement, mais également à songer à une hausse des plafonds alloués de manière, d’après le Ministère, à accroître les effets positifs des projets sur les populations.

S’il est indéniable de reconnaître l’impact positif des appuis financiers des deux institutions sur le développement économique et social du Gabon, il serait quand même opportun de se demander l’importance cette hausse, quand on connait le mauvais usage qui est souvent fait de ces fonds au Gabon. De plus, s’il advient que cette proposition soit validée par les deux instances internationales, cela pourrait avoir des répercussions considérables sur la dette déjà à un niveau critique. Que le pays apprenne peut-être à faire avec ce qu’il a, car les problèmes liés au bien être des populations ne datent pas d’aujourd’hui.


Michaël Moukouangui Moukala

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs