« Assises du football » : Large concertation ou « bal des vampires » ?

mardi 31 juillet 2018 Sport


Au regard des participants, mieux, des décideurs réunis dans le cadre des « Assisses du football », initiées depuis jeudi dernier au palais des sports de Libreville par l’actuel Ministres des Sports, Alain-Claude Billie By Nze et sa déléguée Laetitia Diweckou, nombreux n’hésitent pas à qualifier ces retrouvailles de « bal des sorciers ».

Des anciens footballeurs tels que Guy Roger Nzamba, féru du ballon rond encore en activité, membres de l’association Nationale de Footballeurs professionnels du Gabon (ANFPG) et d’autres passionnés fustigent le fait que toutes les sensibilités du football gabonais ne participent pas aux dites assises. Selon certains observateurs, la Ligue Nationale de Football, dirigée par Brice Mbika et la Fédération Gabonaise de Football (FEGAFOOT), présidée par Pierre Alain Mounguengui, et même les techniciens du Ministère de Sports ont démontré leurs limites. En effet comment comprendre que les footballeurs, arbitres, entraîneurs, journalistes sportifs etc. ne soient associés à la réflexion en gestation ?

Le cas LINAF représentée par Brice Mbika et son secrétaire général Charles Nzegho

Il aurait été souhaitable que les joueurs eux-mêmes via l’ANFPG prennent part à ses assises aux côtés de la LINAF pour exposer les maux dont sont victimes les joueurs et proposer par la même occasion des pistes de solutions. A en croire l’ANFPG, La Ligue nationale football, LINAF, défend uniquement ses propres intérêts et non ceux des joueurs. La gestion de la manne financière de l’Etat reversée aux clubs a été l’objet de plusieurs problèmes judiciaires entre joueurs et dirigeants avec la « complicité » de la LINAF. Le dernier exemple en date étant celui du staff technique de POG FC opposé à leur président pour non paiement de 20 millions de FCFA d’arriérés avant le paiement intervenu récemment. Ne dit-on pas que « tout ce qui se fait sans nous est contre nous »  ?

Quid de la FEGAFOOT ?

Si la présence de la FEGAFOOT à ses assises est indéniable, il est aussi opportun de se poser la question : que peut–elle apporter comme solution sans avoir à ses côtés les acteurs principaux ? Malgré le désir d’Alain Claude Billie By Nze de rechercher les voies et moyens de relancer le football gabonais, le constat est accablant : les mêmes dirigeants, pourtant décriés, sont juges et parties. Quelles solutions miracles peuvent émaner des personnalités jugées à tort ou à raison comme étant le mal du football gabonais ?

Et que dire des techniciens du Ministère des Sports ?

Certains responsables du ministère des sports capitalisant à leur actif plus d’une décennie de services, et ce, aux côtés des prédécesseurs d’Alain-Claude Billie By Nze, ont été cités dans plusieurs affaires de malversations financières et autres scandales inhérents à la gestion des équipes nationales. Que peut-on donc attendre d’eux ?

Que ce soit sur la structuration et l’organisation des clubs et des ligues, la formation, l’organisation et le financement des compétitions nationales et internationales par catégories, le modèle économique (championnat et clubs), le football féminin, les équipes nationales, l’exploitation des infrastructures issues de la CAN, la communication et les médias, les aspects juridiques liés à la pratique du football national, la question identitaire des clubs inscrits dans le chronogramme des travaux ne trouveront point de solutions définitives.

Et pour cause, certains participants à ces assises sont habitués à naviguer en eaux troubles. En l’état, il apparaît évident que lesdites assises sauf changement de méthodologie accoucheront d’une souris.


Pacôme IDYATHA

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs