Biosphère : Ouverture de l’atelier inhérent au Bas-Ogooué

vendredi 13 avril 2018 Société & environnement


Le Directeur Général de l’Environnement et de la Protection de la Nature, M. Yannick Ongonwou Sonnet a procédé à l’ouverture, hier, jeudi 12 avril courant, à l’Auditorium du Ministère de la Forêt et de l’Environnement, de l’atelier relatif au lancement du processus d’inscription du site Ramsar du Bas-Ogooué au réseau mondial des réserves de biosphère.

En présence des différentes personnes ressources, (Ndlr : représentant de l’Agence Nationale des Parcs Nationaux, Chercheurs, techniciens du ministère de tutelle, société civile etc.), le Directeur Général de l’Environnement et de la Protection de la Nature a donné le coup d’envoi des travaux. Lesquels travaux portent sur le processus d’inscription du site du Bas-Ogooué au réseau mondial des réserves de biosphère. Dans son mot de circonstance, Yannick Ongonwou Sonnet représentant le Ministre d’Etat, Ministre de la Forêt et de l’Environnement, a appelé les experts a examiner en profondeur le dossier d’inscription du Bas-Ogooué au réseau mondial des réserves des biosphères soumis par l’unité de coordination du PAZH. « Il vous revient de l’enrichir le plus possible, afin que par vos multiples contributions, il soit le reflet de nos attentes et jugé recevable lors de son examen par le comité MAB de l’UNESCO », a-t-il précisé.

Pour le Coordonnateur du PAZH, Faustin Ondamba, le présent atelier constitue la première étape d’un processus, et il revient aux différents acteurs en présence dans le Bas-Ogooué, pouvoirs publics, communautés locales, entreprises privées et Société civile, de définir ensemble une feuille de route cohérente prenant en compte tous les contours et les avis des uns et des autres sur la question. « Nous sommes ici dans le cadre de l’atelier de l’inscription du Bas-Ogooué sur la liste des réserves mondiales de biosphère de l’UNESCO. Il s’agit ni plus ni moins de ramener le Bas-Ogooué dans les enjeux de protection de l’environnement. Ce projet s’inscrit dans la continuité de la décision de créer des nouveaux parcs marins, sachant qu’en 2009, le Bas-Ogooué a été classé sur la liste des sites Ramsar d’importance internationale. Il ne s’agit pas d’un passage en force », a précisé Faustin Ondamba en réponse à Nicaise Moulombi de l’ONG Croissance Saine qui a émis des réserves voire y voit une restriction de plus à l’accès aux ressources éco-systémiques de ce site.

Après les présentations des différentes étapes du processus de désignation et de l’état d’avancement de la démarche d’inscription, par le Coordonnateur adjoint du PAZH, M.Régis Nguema suivi de L’Assistant Recherche M.Aimé Roger Nzigou ; trois groupes de travail ont été formés pour aborder les thématiques suivantes : « l’analyse du cadre institutionnel », « la gouvernance et la gestion participative du Bas-Ogooué », « la Recherche scientifique et éducation environnementale ».


Pacôme IDYATHA

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs