Collectivités locales : La décentralisation sera-t-elle enfin effective ?

lundi 4 février 2019 Politique


L’élection des présidents et vice-présidents des conseils départementaux et des maires des communes du Gabon qui a débuté le week-end écoulé, a ressuscité la question de la « décentralisation » alors que la quasi-totalité des mairies du pays sont arrimées à un système de gouvernance traditionnel dit « centriste ».

Si Léandre Nzué, le nouvel édile de la commune de Libreville ne s’est pas encore officiellement prononcé sur la question, ses pairs, Jeanne Mbagou, la mairesse de la commune d’Owendo qui rempile pour un 3e mandat consécutif, et le nouveau maire de la commune d’Akanda, Gregory Laccruche, n’ont pas caché leur volonté de placer leur gouvernance sous le modèle d’une organisation publique ‘’décentralisée’’. Et pour cause, la raréfaction des ressources financières dont souffre l’Etat oblige un tel revirement. Et à l’ère de la mondialisation, il faut savoir s’adapter.

Pour pallier les insuffisances qui accablent le fonctionnement des communes du Gabon, (ndlr : notamment les services dédiés comme celui de la propreté de la ville, axé sur la collecte des ordures ménagères pour ne citer que cela), la décentralisation est désormais inévitable. Un avis partagé par les nouveaux élu des communes d’Owendo et d’Akanda. Ces derniers sont d’avis que « l’Etat ne peut plus tout faire ». Une urgence qui permettra de mettre en place des nouveaux mécanismes de fonctionnement plus efficients et qui libéreront l’Etat de certaines charges. A Owendo, la mairesse dit avoir fait un premier pas dans ce sens en achetant par ses fonds propres, du matériel pour l’entretien de la commune.

Si l’adoption de cette politique va au-delà de ce simple geste, au Gabon, la volonté d’arrimer les collectivités locales à cette politique ne date pas d’aujourd’hui. Depuis les années 90, le projet est en chantier et perçu comme la solution pour le développement des territoires ou des collectivités, eu regard aux dividendes que le pays peut tirer de ce modèle de gouvernance. Et pourtant, soutient dans une étude Randy Steven Olsen Bahouga, « la réforme malgré les bonnes idées et la définition énoncée par l’Etat Gabonais, a demeuré dans les tiroirs, et n’a pas été appliquée, ce qui durant des années à retarder le développement de ce pays et surtout créer un véritable déséquilibre de développement entre les territoires… ».


Michaël Moukouangui Moukala

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs