Congrès des membres de l’opposition à Paris : Que retenir ?

lundi 8 décembre 2014 Politique


Les membres du Front Uni de l\’Opposition Pour l’Alternance se sont retrouvés à Paris du vendredi 5 au dimanche 7 décembre. Le but de cette rencontre ? Elaborer une stratégie de lutte contre le pouvoir d’Ali Bongo Ondimba. Au menu, aucune question, aucune stratégie ni proposition de programme de développement du pays.

mso-ascii-theme-font:minor-latin;mso-hansi-theme-font:minor-latin\">De la grande
rencontre des leaders du Front Uni de l\’Opposition pour l\’Alternance (FUOPA) à Paris
du 5 au 7 décembre, il ressort que Jean Ping a été choisi pour conduire le
projet portant sur ‘’la libération du Gabon’’. En effet, selon les membres de
l\’opposition, il était important de se rendre  en France pour choisir leur leader.

mso-ascii-theme-font:minor-latin;mso-hansi-theme-font:minor-latin\"> 

mso-ascii-theme-font:minor-latin;mso-hansi-theme-font:minor-latin\">Lors de ce
congrès à Paris, les opposants se sont  tour à tour succédés au pupitre pour exposer leur 
vision afin d’en  finir avec le système « Bongo-PDG ».

mso-ascii-theme-font:minor-latin;mso-hansi-theme-font:minor-latin\"> 

mso-ascii-theme-font:minor-latin;mso-hansi-theme-font:minor-latin\">De Jean Marc
Eko, qui a retracé l\’histoire  du Gabon à Bruno Ella, qui a placé le cadre de
la démarche, à Pierre André Kombila Koumba qui,  à son tour, a invité ses compères à se servir
des erreurs du passé pour mieux réussir leur projet, en passant par Fabien
Mbeng Ekorzock, Jean De Dieu 
Moukagni-Iwangou, Sylvain Ndong, tous, n\’avaient que pour maitre mot : en
finir avec le Parti Démocratique Gabonais (PDG).

mso-ascii-theme-font:minor-latin;mso-hansi-theme-font:minor-latin\"> 

mso-ascii-theme-font:minor-latin;mso-hansi-theme-font:minor-latin\">La deuxième
journée de ce rassemblement  était
consacrée aux travaux en atelier portant sur les thèmes :

mso-ascii-theme-font:minor-latin;mso-hansi-theme-font:minor-latin\"> 

mso-ascii-theme-font:minor-latin;mso-hansi-theme-font:minor-latin\">- La
réflexion sur l\’implication des jeunes dans l\’œuvre de libération du Gabon.

mso-ascii-theme-font:minor-latin;mso-hansi-theme-font:minor-latin\"> 

mso-ascii-theme-font:minor-latin;mso-hansi-theme-font:minor-latin\">- La
réflexion sur les questions relatives à la santé, au social, au culturel et aux
sports.

mso-ascii-theme-font:minor-latin;mso-hansi-theme-font:minor-latin\"> 

mso-ascii-theme-font:minor-latin;mso-hansi-theme-font:minor-latin\">- Les
questions économiques.

mso-ascii-theme-font:minor-latin;mso-hansi-theme-font:minor-latin\"> 

mso-ascii-theme-font:minor-latin;mso-hansi-theme-font:minor-latin\">- Les
réformes politiques et institutionnelles.

mso-ascii-theme-font:minor-latin;mso-hansi-theme-font:minor-latin\"> 

mso-ascii-theme-font:minor-latin;mso-hansi-theme-font:minor-latin\">- L\’approche
stratégique à mettre en œuvre pour libérer le Gabon.

mso-ascii-theme-font:minor-latin;mso-hansi-theme-font:minor-latin\"> 

mso-ascii-theme-font:minor-latin;mso-hansi-theme-font:minor-latin\"> 

mso-ascii-theme-font:minor-latin;mso-hansi-theme-font:minor-latin\">Selon les
opposants, la libération du Gabon devrait passer  par l\’alternance qui doit donc donner la place
aux jeunes et aux personnes encore aptes à gouverner l’Etat gabonais. Un
discours assez contradictoire pour ces néo-opposants qui pensent que l\’alternance
signifie les reconduire à leurs postes prestigieux au détriment de nouvelles
personnes. En somme, une alternance en faisant du neuf avec du vieux !

mso-ascii-theme-font:minor-latin;mso-hansi-theme-font:minor-latin\"> 

12.0pt;font-family:Cambria;mso-ascii-theme-font:minor-latin;mso-hansi-theme-font:
minor-latin\">« Les Gabonais sont quand même des gens bizarres ! Nous
n\’avons aucune personnalité, aucune dignité. Comment d\’autres peuvent nous
respecter à travers le monde avec de tels comportements d\’hommes esclaves ?
Comment s\’étonner que des gens partent de chez eux pour nous dominer au Gabon ?

12.0pt;font-family:Cambria;mso-ascii-theme-font:minor-latin;mso-hansi-theme-font:
minor-latin\">Ceux-là même qui refusent la domination de la légion étrangère au
Gabon sont disposés à être les esclaves de la France. Si la gauche obtient le
départ de l\’autre, ce sera pour ses intérêts et non les nôtres. Par ailleurs,
comment ceux qui veulent libérer le Gabon partent en France pour chercher la
légitimité et venir sauver le pays. Du n\’importe quoi ! Qu’ils se réfèrent à
l\’alternance au Mali, Sénégal, Burkina-Faso. Ces opposants sont-ils allés
prendre la bénédiction en France avant de proposer le changement ? Pathétique »,
s\’est insurgé un Gabonais sur sa page Facebook.
mso-ascii-theme-font:minor-latin;mso-hansi-theme-font:minor-latin\">

mso-ascii-theme-font:minor-latin;mso-hansi-theme-font:minor-latin\"> 

mso-ascii-theme-font:minor-latin;mso-fareast-font-family:"MS Mincho";
mso-hansi-theme-font:minor-latin;mso-bidi-font-family:"Times New Roman";
mso-ansi-language:FR;mso-fareast-language:FR;mso-bidi-language:AR-SA\">Après
trois jours hors du Gabon, les \"saints sauveurs\" reviennent à
Libreville ce lundi 8 décembre.


PEO

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs