Cotisations sociales : La CONASYSED sonne le tocsin !

jeudi 1er février 2018 Economie


A l’initiative de la Confédération nationale des syndicats de l’enseignement, CONASYSED, l’Assemblée générale tenue hier, mercredi 31 janvier courant au stade d’Awendjé, a été essentiellement axée sur le courroux des syndicalistes. Lesquels syndicalistes s’insurgent contre toutes formes de manipulations salariales. Ils disent d’ailleurs demeurer vigilants. .

Trois points ont constitués la trame de cette rencontre, qualifiée de « capitale » pour l’ensemble du monde syndical gabonais. Le premier a été relatif aux libertés syndicales, le second inhérent à la CNAMGS et le troisième portant sur la réforme des pensions retraite. « Sur l’ensemble de ses questions, le message des travailleurs est clair. Nous avons décidé de nous retrouver à chaque fois que le gouvernement prendra un acte qui précarise les travailleurs, un acte qui va en l’encontre des droits des travailleurs », a déclaré Jean Remy Yama.

Les syndicalistes estiment être lésés depuis la dissolution de la CONASYSED par le Ministère de l’Intérieur. Plus grave, ils accusent les autorités de tenter de museler le monde syndical. « Nous avons échangé avec les Sénateurs sur certaines dispositions de la nouvelle loi qui supprimait clairement l’exercice du droit syndicale au Gabon. C’est suite à nos nombreux échanges que ces dispositions ont été retirées », a affirmé Louis Patrick Mombo, Secrétaire Général de la CONASYSED. Des dispositions règlementaires condamnées par les travailleurs, notamment celle liées aux taux de prélèvements au titre du paiement de la CNAMGS. Prélèvements que Jean Rémy Yama qualifie d’« aléatoire ».

« Le prélèvement de la Cnamgs varie par mois. Le gouvernement ne respecte pas le taux normal de prélèvement de la Cnamgs sur les salaires des travailleurs. A des moments, c’est quatre mille francs, d’autre fois c’est sept mille francs et même parfois c’est douze mille francs. C’est un manque de sérieux », a confié un travailleur syndiqué ayant requis l’anonymat. Dans le même registre, figure les prélèvements de la pension retraite. Ils soutiennent qu’il s’agit d’une « arnaque ». Passer de 6% avec un plafond salarial à 702 000 Fcfa avant 2015 à 8% et un plafond salarial à 1 122 000 Fcfa, alors que le coefficient de calcul de pension demeure à 0,02%, explique le ton acerbe des syndicalistes.

« On augmente nos cotisations, mais on gagne moins. Si l’on a plafonné les salaire, on aurait pu plafonner les prélèvements », a lancé Jean Remy Yama. Ce dernier n’a pas manqué de piper un mot sur le prélèvement des pensions. « En terme de revenu, le plafond est de 702 000 FCfa, ce sont les anciens salaires avant la mise en place du nouveau système de rémunération. Hors, le nouveau système de rémunération devrait nous permettre de relever les pensions ne serait ce que par l’augmentation du salaire de base qui s’est opéré plus que le taux de prélèvement a augmenté. Le gouvernement fait une bonne affaire par ce que depuis 2015, il prélève le nouveau taux avec les salaires important mais au moment de la retraite, il considère l’ancien système. Le statu quo ne nous arrange pas non plus ».


Tony Muru

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs