Cyclisme/Tropicale Amissa Bongo : Vers une énième figuration des coureurs gabonais !

vendredi 6 octobre 2017 Sport


La crise qui sévit depuis le 14 janvier dernier, date de la dernière élection à la tête de la Fédération Gabonaise de cyclisme (FEGACY), remportée par Maurice Nazaire Embinga sur fond de contestation liée à plusieurs irrégularités dénoncées par ses challengers ; semble s’intensifiée, et ce, à deux mois des premiers coups de pédale la Tropicale Amissa Bongo, édition 2018.

C’est en rangs dispersés que le Gabon prépare cette compétition labélisée UCI qui se tiendra du 15 au 21 janvier prochain, avec de nouvelles étapes dont celles de Ndendé dans le Sud du pays, Mitzic dans le Nord du Gabon et Ambam au Cameroun voisin. D’un côté une mise au vert des cyclistes à Akieni sous la direction du premier vice-président, Alexandre Assoumou, appuyé par l’ancienne Ministre des Sports Nicole Asselé et de l’autre l’imminent déplacement en Espagne de quelques cyclistes à l’initiative de Maurice Nazaire Embinga.

En plus des contestations électorales essuyées par Maurice Nazaire Embinga, le cyclisme gabonais reste toujours marqué par le mouvement d’humeur des Panthères version cyclisme au démarrage de la précédente Tropicale Amissa Bongo, pour des raisons de non paiement de leur prime. Lequel refus qui leur avait valu leur radiation à vie de l’équipe nationale par l’ancienne patronne du ministère de sports avant d’être réhabilités.

Pourtant sommés de taire leurs divergences par la tutelle sous l’impulsion de l’Union Cyclisme International (UCI ) , avec la mise en place de deux commissions ad hoc : une commission juridique chargée de la révision des statuts , renouvèlement des ligues et de préparation des élections fixées courant octobre ainsi qu’une commission technique de gestion et d’organisation des compétitions et la préparation de l’équipe nationale, la famille cycliste gabonaise n’a rien fait jusque à ce jour pour améliorer les choses .

Pour les observateurs de la petite reine, si les mesures prises pour la normalisation de cette discipline ne sont pas respectées, il est quasi impossible d’enregistrer à cette 13e édition des résultats meilleurs que ceux des derniers jeux de la Francophonie en Côte d’Ivoire où aucun des coureurs gabonais n’a pu franchir le kilomètre 20. Une situation qui devrait interpeller le nouveau Ministre des Sports Mathias Otounga Ossibadjouo qui brandit la carte de l’apaisement depuis sa prise de fonction.


Pacôme IDYATHA

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs