Décentralisation : Quand Engandji laisse, Otounga prend

lundi 7 octobre 2019 Politique


Le remaniement gouvernemental intervenu vendredi dernier aura fini par mettre à nu, l’importance supposée précaire du ministère de la Décentralisation, de la Cohésion et du Développement des territoires, boudé par l’ancien ministre, Arnaud Calixte Engandji, mécontent d’avoir été délesté de son juteux portefeuille des Travaux Publics au profit de Justin Ndoundangoye, qui le cumule désormais avec les Transports. C’est finalement l’ancien ministre de la Défense, Mathias Otounga Ossibadjouo, natif d’Okondja comme Engandji qui a été appelé à la rescousse.

C’est le signe d’un mécontentement d’Arnaud Calixte Engandji, qui n’aura certainement pas digéré le fait d’avoir été débarqué de son ministère des Infrastructures et des Travaux Publics, au profit de celui de la Décentralisation, de la Cohésion et du développement des Territoires. Car à peine nommé à ce poste vendredi, lors du réaménagement de l’équipe de Julien Nkoghe Bekalé, le deuxième du genre en à peine deux mois, Engandji, n’aura pas attendu longtemps, puisque dès le lendemain samedi, des rumeurs circulaient déjà sur sa démission. Comment comprendre alors cette bouderie catégorique d’Engandji, qui a préféré s’asseoir à la maison plutôt que d’être appelé Monsieur le ministre comme de nombreux autres jeunes Gabonais en rêvent ?

La Décentralisation, ministère nouvellement crée lors du premier remaniement d’août dernier, serait-il un poste creux comme on l’entend dire ici et là ? Ce refus traduit-il le signe des désaccords au sein du sérail ? Ou manifeste-t-il simplement la clairvoyance d’Arnaud Engandji, qui, contrairement à Lambert Matha, débarqué vendredi dernier, avait déjà flairé le danger de se voir attribuer une coquille vide, la loi sur la décentralisation n’étant toujours pas effective ? Ou peut-être s’est-il déjà rendu compte, qu’en plus du défaut d’application de la loi sur la décentralisation, ce ministère aurait dû faire partie du ministère de l’Intérieur, attendu que c’est le ministère de l’Intérieur qui gère justement les questions des collectivités locales ou encore du développement des territoires ?

Au fond, bien que le rappel de Mathias Otounga, ancien ministre remercié, et également natif de la Sébé-Bricolo soit vu comme un remplacement empreint de régionalisme, l’attitude d’Arnaud Calixte Engandji, loin d’être une simple décision à convenance personnelle, ne contribue qu’à alimenter des questionnements et de soupçons quant aux guerres de positionnement subodorées à l’intérieur même du cercle soutenant le président Bongo. Car Engandji, quoi qu’on dise, n’était pas qu’un simple ministre à l’intérieur du système, mais aussi un maillon non négligeable de celui-ci.


Leno KOLEBA

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs