Dialogue politique : La Commission "Vérité et Réconciliation" bat de l’aile

vendredi 12 mai 2017 Politique


Alors que certains points des négociations avancent surement, le panel 4 : "Consolidation de la paix et de la cohésion nationale", reste bloqué. Et pour cause, les représentants de la majorité et de l’opposition ne parviennent pas à se mettre d’accord sur la création d’une commission "Vérité et Réconciliation", censée faire la lumière sur les violences postélectorales du 31 août dernier. La mauvaise volonté est clairement affichée par les représentants de la majorité, qui opposent un refus catégorique au principe.

Si on peut noter des avancées dans certaines commissions, comme celle chargée des réformes électorales, la mise en place d’une commission "Vérité et Réconciliation" pose problème dans le panel chargé de la "Consolidation de la paix et de la cohésion nationale". Si pour les représentants de l’opposition, il faut établir les responsabilités des violences postélectorales, ceux de la majorité, eux ne l’entendent pas de cette oreille. Pour les panelistes de la majorité, il est hors de question de créer une commission dédiée à l’établissement des responsabilités, vu que ces violences n’ont pas atteint un pic pouvant justifier la création d’une telle commission. Combien de morts aurait-il fallu pour que la majorité accepte la mise en place de cette commission ? Pourquoi aurait-on peur d’enquêter et d’établir les responsabilités des uns et des autres, si on ne trouve rien à se reprocher ? N’est-ce pas donner raison aux accusations de l’opposition relatives à l’existence des « charniers » ?

Il y a là assurément quelque chose d’étonnant sur le refus un peu cynique des représentants de la majorité. Un refus qui d’ailleurs ne manquera pas d’alimenter les soupçons de l’opposition, et même de tout autre citoyen ordinaire sur l’attitude de la majorité. Et les panelistes de la majorité ne gagnent rien en opposant un refus aussi systématique à la création même de cette commission qui devrait débouche sur la paix et la cohésion nationale. Au contraire, c’est un refus emprunt de suspicions et de sous-entendus. Cela ne fait au contraire que décrédibiliser d’ailleurs les vertus du dialogue proclamé comme moteur de réconciliation nationale. Car il n’y a pas de réconciliation possible sans pardon, et il n’y a pas de pardon sans établissement des responsabilités.


Charles Nestor NKANY

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs