Dialogue politique : Quand les per diem provoquent la colère des participants…

mardi 2 mai 2017 Politique


Si la phase citoyenne du dialogue politique a baissé ses rideaux depuis le 10 avril dernier, certains participants, eux en sont encore à des sit-in devant le portail du stade d’Angondjé pour réclamer leurs per diem. Où est alors passée la manne financière de 12 milliards mobilisée pour la circonstance ? Comment a-t-on pu rétribuer certaines associations (parfois fictives) et en oublier d’autres ? Quelle conséquence pourrait avoir un tel désordre sur la crédibilité du dialogue ?

L’argent du dialogue ! Les yeux rougis de dépit et de colère, ils ne veulent rien lâcher. Il faut que leur soit payés leurs per diem. Ils sont des dizaines d’associations et ONG ayant pris part à la phase citoyenne du dialogue politique, made in Ali Bongo Ondimba. Pour ces organisations qui crient à l’injustice en sit-in devant l’entrée du stade d’Angondje où se déroulent les assises, il n’est pas normal de verser de l’argent à certaines associations au détriment d’autres. Surtout quand on sait que ces organisations ont toutes été enregistrées sur une même liste. En effet, si on peut parler de tombée de rideaux sur la phase citoyenne du dialogue politique qui a rendu sa copie depuis le 10 avril dernier, les participants, du moins certains participants en sont encore au stade des revendications de leur part des 12 milliards mobilisés pour l’événement.

Selon certaines sources, le pactole était réparti entre 500.000 et 1.000.000 par groupe de participants suivant la taille du groupe. Pour l’essentiel, il s’agissait d’ associations, de syndicats et autres ONG. Des organisations n’ayant aucune existence légale pour l’essentiel parce que créées sur le champ, mais qui ont pu bénéficier allègrement de leur per diem en plus de repas copieux, au grand dam d’autres associations toutes aussi illégales pour la plupart, qui en sont réduites à la simple revendication aujourd’hui, comme si cela ne leur était pas dû. Mais au fond, c’est une habitude bien connue de chez nous où aucun événement, soit-il minime ne s’est jamais déroulé à l’abri des milliards.
Sinon comment comprendre que même un dialogue censé résoudre les problèmes du pays, des problèmes pourtant déjà connus de tous, soit une caisse de distribution gratuite d’argent aux citoyens ayant pris d’eux-mêmes volontairement la décision d’aller discuter des maux du pays ? Est-ce à comprendre que seul l’intérêt financier a mobilisé les Gabonais au dialogue d’Angondje, après les échos des 12 milliards ? Et après avoir donné leur rétribution à certaines associations, pourquoi a-t-on refusé à d’autres ? Ou s’agit-il là d’un détournement des per diem ? D’ailleurs, pouvait-il en être autrement dans un pays qui a la réputation des malversations ? Tout compte fait, le Gabon n’a pas besoin, en l’état actuel des choses, de rajouter une couche supplémentaire à la crise qu’il connaît déjà. Il appartient donc aux organisateurs de solder toutes les associations et autres organisations ayant pris part au dialogue, qu’elles soient légales ou pas, puisqu’eux-mêmes en ont déjà donné le top. Il y va de la crédibilité de leur dialogue.


Charles Nestor NKANY

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs