Edito : Comprendre pour mieux juger !

lundi 5 mars 2018 Speciales


Depuis quelques mois, le titulaire du Département de la Communication dans le gouvernement du Premier ministre gabonais, Emmanuel Issoze Ngondet, a entrepris d’organiser dans les chaînes publiques, Gabon Télévision et Radio Gabon, un casting aux fins de leur donner davantage de visibilité au moment où la concurrence médiatique se fait de plus en plus rude, ce qui passe par une prise de conscience accrue du rôle qu’elles doivent jouer à l’échelle nationale. Si l’opération se déroule bon an, mal an, eu égard au fait que les agents concernés hésitent parfois à se laisser évaluer, d’aucuns arguant qu’ils sont assis sur une longue expérience, alors que d’autres avancent l’argument selon lequel ils ne trouvent pas nécessaire ladite opération en raison de leur expertise reposant sur la formation reçue dans les différentes écoles dans lesquelles ils ont été formés ou sur le tas, il y a que les autorités ministérielles ont quelque part raison d’au moins éviter qu’ils soient assis sur ces seules certitudes. Pourquoi, là est la question fondamentale.

« La vie est un éternel recommencement » entend- on souvent dire, ce qui suppose que rien n’est acquis comme démontré dans le mythe de Sisyphe. Mais si elle se présente comme tel, l’expérience voudrait que les erreurs d’aujourd’hui, plutôt que d’être des éléments de frustration permanente, servent davantage à améliorer le vécu quotidien. Pour ce faire, l’activité humaine quoiqu’elle soit doit être fondée sur une remise en question soutenue, « l’gomme étant, par essence, perfectible ». L’opération à laquelle sont depuis des mois soumis les agents de Gabon Télévision et Radio Gabon ne devrait donc pas apparaître à leurs yeux ou à ceux de tout observateur comme une façon, comme cela se dit ici et là, d’écarter certains de l’antenne ou encore de leur régler des comptes. Bien au contraire, elle sert à déterminer qui fait quoi, à quel moment et comment, en d’autres termes à aider la tutelle à être édifiée, elle qui a d’autres occupations, sur l’utilisation des personnels afin d’étudier les moyens de la rendre maximale. Au quartier, il est une idée qui fait fleurette, à tort ou à raison en effet, c’est celle qui consiste à dire que beaucoup de journalistes, animateurs, producteurs ou techniciens affectés dans les chaînes de télévision ou de radio publiques sont payés à ne rien faire.

Imaginer ce qui se passe dans la tête de leurs responsables à l’entente de pareilles propos et que peuvent décider ceux qui, les premiers, ont en charge la gestion de ces agents de l’État, sans compter que de nombreux collègues se disent, si cela est prouvé, abusivement utilisés pour des raisons qui varient de l’un à l’autre, en même temps qu’ils estiment, c’est humain, qu’ils sont victimes d’une injustice sauf si et seulement si, comme on l’entend aussi, leur programmation est l’objet d’une entente avec la hiérarchie. Dans tous les cas, l’opération de casting a du bon, ce d’autant plus qu’elle se déroule sous la supervision de confrères nationaux sensés connaître son bien- fondé. Pourvu qu’elle ne s’arrête pas en si bon chemin, les télévisions et radios nationales étant câblées méritent que ceux qui les animent soient conscients de l’importance qu’ils revêtent pour leurs téléspectateurs et auditeurs, surtout alors que l’on traverse une période de plus en plus marquée par la concurrence et l’acharnement que celle- ci procure ou fait naître sur les médias, c’est- è- dire sur leurs professionnels. L’argument selon lequel, nombre d’entre eux paressent sera bientôt battu en brèches, si tant est qu’ils ne bénéficient pas d’une attention particulière de la part des responsables des médias publics qui gagneraient à réfléchir sur l’optimisation et l’universalisation de leur gestion.

Vue sous cet angle, l’opération de casting initiée par le Ministre d’État en charge de la communication trouve tout son sens et ne devrait donc souffrir d’aucune contestation. Bien au contraire, devrait- elle être saluée. Comme quoi, il n’y a pas d’arrières- pensées comme ont tendance à l’affirmer sans preuves tangibles et palpables des détracteurs faisant preuve de mauvaise foi.


Dounguenzolou

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs