Edito : Engouement toujours attendu à quelques jours de la Can !

mardi 10 janvier 2017 Speciales


Plus que quelques jours, pour ne pas dire heures, et l’Afrique du football aura les yeux et oreilles rivés sur le Gabon où se déroule à partir de ce samedi, la 31ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations. Si des arguments techniques et matériels militent en faveur de l’organisation de l’évènement, l’engouement des Gabonais, les premiers concernés en tant qu’organisateurs de celui-ci, souffre d’un malaise criard. D’où la question de savoir quel miracle faut- il pour atteindre le pic de 2012 lors de la co-organisation avec le voisin équato-guinéen.

Les Gabonais ont l’habitude de fêter des évènements de fort belle manière, d’où le qualificatif qui leur va bien de populations accueillantes. Mais, force est de constater qu’il est loin le temps où ces derniers manifestaient publiquement leur joie à l’approche d’une fête. En témoignent les rues non pavoisées ou insuffisamment aux couleurs de la mascotte, qui devraient rappeler, comme dans les temps passés, la Can sur les terres gabonaises.

Ce manque d’engouement traduit visiblement les difficultés auxquelles sont confrontés la plupart des citoyens dont nombreux ont perdu leur emploi ou sont sur le point de le perdre. D’aucuns mettant en avant les perspectives d’avenir se demandent de quoi demain sera fait, ce d’autant plus que se profilent à l’horizon des menaces de coupes claires sur le budget, ce qui affectera peut-être durablement le panier de la ménagère et fait déjà craindre logiquement les lendemains. De plus, le Fonds monétaire international, (FMI) , s’apprête à négocier avec le Gouvernement gabonais un ajustement structurel qui créera à coup sûr des grincements de dents. Il faut, on le voit, beaucoup de perspicacité aux autorités gabonaises, pour amener leurs compatriotes à changer de cap, eux, qui semblent pour des raisons peut-être objectives, se prononcer contre l’organisation de l’évènement.
Pour ce faire, il leur faut certainement songer à fructifier du mieux qu’elles peuventl a Can en lui apportant, au-delà de l’effet festif qu’elle procure, des éléments positifs en rapport avec le développement du pays qui passe entre autres par celui des Petites et moyennes entreprises (PME) or, le constat est qu’elles ne sont pas nombreuses, les entreprises nationales, qui ont bénéficié des chantiers de la Can, en dépit d’une certaine expertise. Non seulement par leur faute, certaines d’entre elles le reconnaissent, mais aussi parce qu’elles n’ont pas été payées pour les différents services déjà rendus, ce qui les privent de capitaux suffisants pour à nouveau se déployer.

Le Gabon devrait s’inspirer de la Guinée-Equatoriale et de l’Angola où la mobilisation avait gagné jusqu’au petit commerce de quartier, obligé de se mettre en avant pour, lui aussi, occuper la place qui lui revenait dans la tenue de l’évènement.

Le temps presse, mais l’on dit qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire. Les dernières réunions pourraient enfanter d’idées intéressantes, susceptibles de faire profiter à tous, chacun à son niveau, de cette fête du football. C’est en tout cas le vœu que caresse plus d’un, pour ne pas que les mauvaises langues en viennent à conclure que la Can n’a été qu’un fiasco.

Autre épine dans le pied des organisateurs et non des moindres, la participation du public aux différentes rencontres, pas seulement celles auxquelles prendront part les Panthères nationales, mais aussi celles qui mettront aux prises d’autres nations du continent, car l’évènement est continental et mérite pour cela qu’on lui en donne le cachet. A quoi cela aurait-il servi à la Confédération africaine de football de soutenir jusqu’au bout la candidature du Gabon, si c’est pour que le pays ne récolte pas les fruits de l’organisation de la Can. Comment le commun des mortels qualifierait- il cette attitude ?


Dounguenzolou

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs