Edito : L’urgence d’un nouveau pacte social !

lundi 7 octobre 2019 Speciales


Nous croyions les Hommes politiques gabonais respectueux de leurs compatriotes, il n’en n’est presque rien, pouvons-nous déduire, à en juger par ce que nous avons vu et entendu dans notre arrondissement lorsqu’il recevait la semaine écoulée Brice Laccruche Alihanga, Directeur de cabinet du président de la République, que l’on présentait dans sa tournée interprovinciale comme le « messager du chef de l’État ».

A haute et intelligible voix, des missionnaires zélés ne manifestant visiblement aucun intérêt pour l’évènement interpellaient des jeunes pour la plupart désœuvrés à qui ils tendaient un tee-shirt sur lequel l’on pouvait lire « teenager », « le G1 unit derrière le président Ali bongo Ondimba », « Ali Bongo Ondimba, la force infinie », « la politique de l’émergence impulsée par Brice Laccruche Alihanga » ou encore « je vote le PDG pour le développement ». Des adolescents commis à la tâche à côté de qui des femmes et hommes s’écriaient « Laccruche va leur manger le cerveau ! » s’égosillaient « vous êtes à combien ? Le bus est déjà prêt ! » comme pour inviter, quoique ce fut souvent sous l’effet du harcèlement, quelques âmes encore hésitantes, leur promettant au passage une somme de 5 000 francs CFA qu’ils leur verseraient après qu’ils aient pris part au meeting non sans commencer par les abreuver de boissons alcoolisées comme si cela était de nature à améliorer leur quotidien.

Contrairement à cette attitude pourtant, quelques fortunés offrent des kits scolaires et des sommes d’argent à des enfants dont les parents guettés ou frappés par la précarité saluent du fond du cœur l’acte puisqu’ils se savent incapables de répondre avec à-propos à tous les vœux de leurs enfants ou toutes les charges afférentes à la scolarisation de leur progéniture. Des listes sont dressées sur lesquelles l’on inscrit les noms de ceux qui se portent volontaires par des commis à la tâche donnant l’impression de s’appuyer sur ces naïfs pour se faire un petit pactole par ces temps de vaches maigres. L’évènement n’est presque pas géré par les donateurs, ce qui présage de chaudes empoignades, ce ne sera pas une nouveauté en pareille circonstance, une fois le meeting terminé.

Quel message vont pouvoir écouter des âmes en errance qui ont pour beaucoup leur cœur dans les vicissitudes de la vie ? Celui consistant à les rassurer en leur balançant à la face sans conviction probablement, eu égard au fait que l’on nous ressasse que le pays n’est pas sorti de la crise, que demain sera meilleur qu’aujourd’hui. Que cache cette « tournée républicaine » du Directeur de cabinet du président de la République qui se tient alors que de nombreux Gabonais ne cessent d’appeler à plus d’ouverture démocratique, à une meilleure politique de l’éducation, à l’instauration d’un climat propice à l’emploi, à un tissu sanitaire de qualité, à l’accès à un logement décent, en somme à de meilleures conditions d’existence qui leur feraient oublier l’accélération de la fracture sociale ? Croit-on si facile, surtout en utilisant la méthode surannée d’achat des consciences, qu’il sera par celle-ci possible de réconcilier Gouvernants et gouvernés si les premiers ne bénéficient pas en réalité de la confiance des seconds ?

Comme Pierre Mamboundou et l’Union du peuple gabonais (UPG) pouvaient par exemple se targuer d’avoir l’onction des populations et de voir leur message être entendu et capter les consciences sans avoir à débourser le moindre sou. L’on devrait même se demander quel était le secret de ce séducteur auprès de qui l’on apprenait nécessairement doublé d’un tribun hors-pair et de sa machine pour que leur aura ait pu tutoyer les cimes. N’était-ce pas la réaction à la lassitude de vivre sans l’accepter leur paupérisation de la majorité des Gabonais affichée depuis les années 90 dans un pays réputé riche de son sol et de son sous- sol ? Il faut assurément aux autorités gabonaises réfléchir à l’élaboration d’un nouveau pacte social dépassant les simples réaménagements ou remaniements de gouvernement à l’instar de celui de vendredi 4 septembre 2019.


.Dounguenzolou

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs