Edito : Sénégal/Algérie, exemples à suivre !

lundi 22 juillet 2019 Speciales


Ceux qui comme nous ont suivi avec attention le déroulement de la désormais dernière Coupe d’Afrique des Nations, CAN ÉGYPTE 2019, ont dû être séduits par les deux finalistes, le Sénégal et l’Algérie, deux équipes pressenties pour remporter la compétition, mais qui ont chacune connue son sort, car alors que l’on peut affirmer que les « Lions de la téranga » avaient tardé à trouver leurs marques au vu des individualités dont ils regorgeaient, on peut tout aussi soutenir que l’Algérie ayant très vite atteint la vitesse de croisière, a peiné en finale devant un Sénégal beaucoup plus entreprenant qui a réussi l’exploit de faire douter pendant 90 minutes son adversaire qui semblait accuser la fatigue accumulée très certainement pendant les rencontres à prolongation. Reah Marhez aurait confié à Claude Leroy « l’Africain » qu’il était épuisé.

Des similitudes on peut en trouver entre les deux formations finalistes, à commencer par l’homogénéité de leur groupe composé essentiellement de footballeurs huppés évoluant dans de grands championnats à travers le monde et dotés chacun d’une expérience à faire pâlir d’envie tout autre footballeur sur le continent. Leurs entraineurs, le même âge, ont aussi une expérience sur le banc qui leur confère respect et autorité, car ce n’est pas n’importe qui gère un Reah Marhez ou un Sadio Mané jusqu’à leur imposer sa discipline à soi.

L’Afrique peut s’enorgueillir de compter parmi ces fils ces deux coachs qui ont par la rigueur qu’ils ont su imposer à leur groupe réussi l’un des plus beaux actes de leur vie d’entraineur en conduisant, quoique l’évènement ait été malheureux pour le Sénégal, à hisser leur pays sur le toit du continent avec la manière surtout. Ceci doit démontrer que le fait de conserver un groupe pendant longtemps en lui vouant respect et lui apportant l’essentiel dont il a besoin pour s’affirmer est la clé de la réussite.

Ces deux pays tout comme avant eux l’Égypte, le Cameroun, le Nigéria, le Ghana, la Côte-d’Ivoire, la République Démocratique du Congo (RDC) pour ne citer que ces noms doivent pouvoir servir d’exemples à ceux pour qui le sérieux et l’abnégation ne sont encore que de vains mots. L’Afrique a plus que jamais besoin de cela pour mériter considération auprès des autres continents habitués à le sous-estimer, non pas parce qu’il n’est pas capable de bien, mais parce qu’il éprouve bien de mal à utiliser à bon escient les ressources, y compris humaines, dont il dispose. Devenant à bien d’égards la honte de la planète car toujours à la remorque même là où on semble l’attendre plus positivement eu égard au fait qu’il recèle d’énormes potentialités pouvant lui servir pour son développement.

Les stades d’Egypte souvent vides quand les « Pharaons » étaient de repos ont retrouvé subitement une ambiance festive dès qu’il s’est agi de la finale parce que celle-ci opposait des enfants d’Afrique dont la renommée est extra continentale et qui de ce fait et par leurs faits d’armes honorent bien plus que leur pays, un continent qui a besoin plus que jamais de repères à tous les niveaux. C’est pourquoi il nous plait de saluer les exploits de tous les acteurs ayant été honorés de la médaille d’or pour les uns et d’argent pour les autres, symbolisant les efforts qui leur sont reconnus par les instances dirigeantes du football continental dont le souci est qu’ils fassent des émules.

Le respect et la notoriété que l’on reconnaît aujourd’hui aux Sénégalais et Algériens, on les leur doit très certainement au fait que pour la première fois de son histoire la Coupe d’Afrique a vu la participation de plus d’équipes nationales, 24 au total, et l’introduction d’un nouveau système d’accompagnement à l’arbitrage dénommé « VAR » qui a été introduit dès les quarts de finale sans qu’on n’ait eu à reprocher à ceux qui avaient la charge de sa manipulation quoique que ce soit. Ce qui démontre en dépit de l’assistance occidentale, ce qui se comprend, que les Africains, eux aussi, prouvent leur faculté à s’adapter aux nouvelles exigences et au nouveau règlement.

Le football en particulier, le Sport en général est ce par quoi l’on démontre ses capacités tant morales que physiques sans avoir à tricher. L’athlète arrivé au haut niveau n’est donc pas affaire ludique, mais le résultat d’un travail acharné, d’une discipline de tous les instants et d’une conviction profonde d’arriver au sommet de son art sans compter à priori sur quiconque, ce qui contraste avec les enjeux politiques au cours desquels l’on a coutume de voir des perdants être déclarés vainqueurs. Se servir de ces deux exemples comme d’ailleurs avant eux ceux d’autres nations n’est pas fortuit, car cela devrait nous permettre d’éveiller chez nombre d’entre nous l’esprit d’abnégation, de travail, de discipline sans lesquels il nous serait difficile d’enregistrer des exploits retentissants à même de nous faire respecter des autres.

Ce qui commande que les responsables politiques et techniques s’attèlent à mettre de l’ordre dans leur conscience et leur travail s’il est vraiment dans leur esprit de faire rayonner leur pays en lui offrant la possibilité de ressembler aux autres. A quoi nous fait penser l’exploit d’un frère si ce n’est à la réflexion que nous devons porter sur nous-mêmes, réflexion tournée vers les moyens de nous réaliser nous aussi. Ne pas penser en ces termes équivaudrait à accepter de ne pas exister dans l’acception existentialiste du terme.

Alors puisque nous sommes hommes comme tout le monde, mettons à profit ce que Dieu a placé en nous pour qu’il affirme lui-même que nous sommes faits à son image pour nous améliorer et gravir des échelons quoi qu’il en soit puisqu’il est plus que vrai que notre réussite dépend en grande partie à notre conviction et à l’organisation que nous mettons en place pour y parvenir.


Dounguenzolou

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs