Education/harcèlement sexuel : Les lycéens de Mandji en colère !

mardi 21 mai 2019 Société & environnement


Pour avoir dénoncé le harcèlement sexuel exercé par certains professeurs ainsi que d’une partie du personnel administratif, les élèves du Lycée de Mandji ont été sevrés de cours ce mardi 21 mai 2019. Une situation qui a causé un mouvement d’humeur des lycéens qui ont exprimé leur mécontentement en obstruant la voie publique.

A côté du phénomène proxénétisme dans les lycées et collèges, le phénomène du harcèlement sexuel est tout aussi important et contribue à la baisse du niveau scolaire au Gabon. Pour dénoncer ce harcèlement qui a pris des proportions importantes au sein du lycée de Mandji, les élèves ont affiché dans l’ensemble des rues de la ville les noms des professeurs ainsi que des membres de l’administration qui s’adonnent à ces pratiques nuisibles.

« Nous nous sommes suffisamment plaint auprès de la direction sans que rien ne soit fait, sans qu’aucune solution ne soit trouvée. Ces papiers que nous avons collé dans toute la ville dénoncent les abus de tout genre dont nous sommes victimes de la part de certains professeurs et de certains membres de l’administration. Nous sommes sexuellement harcelés. Certaines d’entre nous ont dû coucher avec des professeurs ou des membres de l’administration après plusieurs menaces. D’autres le font volontairement et il ne se passe presque plus un jour sans que, dans l’établissement, il n’y ait une rixe entre deux élèves qui sortent avec le même professeur ou le même membre de l’administration », nous a confié sous couvert de l’anonymat, une élève du lycée de Mandji.

Des dénonciations que n’auraient pas apprécié la direction de l’établissement qui a suspendu les cours et fermé le lycée jusqu’à nouvel ordre. Une décision que les élèves ne comprennent pas. « C’est une affaire qui ne date pas d’aujourd’hui, la direction l’a toujours su, mais rien n’a été fait. Voilà pourquoi nous battons le pavé pour dénoncer cet abus de plus. Nous ne pouvons pas arrêter les cours alors que nous n’avons fait que nous plaindre. C’était notre seul moyen de dénoncer ouvertement ce que nous subissons », a renchéri la même élève.


Tony Muru

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs