Fête du Travail : Une célébration sur fond d’inégalités !

lundi 30 avril 2018 Société & environnement


Coutumière des célébrations de grande envergure à l’exemple de la fête annuelle du travail dans le monde, cette édition 2018 a un arrière-goût amer. En atteste les nombreuses grèves en cours.

Le travail est perçu par la conscience collective comme le moyen par excellence d’ascension sociale. Pourtant son fondement, depuis le nouveau siècle est sujet à caution. Et le Gabon, dont le mode d’organisation salariale repose sur les fondements juridiques de l’Organisation internationale du travail (OIT) n’est pas épargné par ce débat sur le travail. Après la vague dévastatrice des grèves dans les secteurs de la santé et de l’éducation nationale qui ont divisé le pays durant les trois dernières années, la fièvre syndicaliste est en passe de se généraliser. Désormais, au privé comme au public, tout le monde veut sa part de considération salariale. Et ce n’est pas les employés d’Addax Petroleum Oil Gas Gabon (APOOG) ou ceux d’ESS Gabon embarqués dans des mouvements de grève avec l’Organisation nationale des employés du pétrole (Onep) pour le salut de leur statut qui démentiront. Comme depuis son lancement au 19e siècle, la Fête du travail est l’expression de l’affranchissement du salarié, mais cette célébration masque malheureusement au Gabon, l’exaspération d’une classe confinée dans des revendications interminables.

Au-delà de ces cas de figure, les tensions internes socio-professionnelles sont visibles. Et celles-ci sont perceptibles à travers la hausse du chômage technique et autres aléas professionnels enregistrés au Gabon au fil des années.
Au public, le débat autour de la nouvelle réforme sur la rémunération au trentième adopté lors du conseil des ministres du 23 février dernier enfonce le clou, même si du côté du pouvoir, on y voit une mauvaise interprétation du texte proposé par le Ministre de la Fonction publique, Jean-Marie Ogandaga. Qu’il s’agisse du public où du privé, un sentiment quasi généralisé se dégage sur la détérioration du travail.


Michaël Moukouangui Moukala

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs