Feuille de plaquage : Des coûts encore jugés onéreux !

lundi 9 avril 2018 Economie


La récente annonce effectuée par les autorités publiques et l’industriel Olam du positionnement du Gabon en tant que numéro un africain et numéro deux mondial dans la production de feuille de placage ne semble pas trouver l’assentiment des consommateurs locaux qui s’insurgent contre les coûts onéreux desdits produits.

A qui profite la mesure de transformation de grume en produit dérivés prise en 2010 par le Président de la République, Ali Bongo Ondimba ? C’est la question que se pose bon nombre de concitoyens qui estiment que la mise en place de cette mesure et les effets inhérents au positionnement du Gabon en tant que numéro un africain et deuxième mondial dans la production de feuille de placage n’impacte pas le paner de la ménagère. En atteste la cherté des coûts des matériaux de construction, notamment le contre-plaqué (Ndlr : encore appelé feuille de plaquage), pourtant fabriqué au Gabon.

De nombreux consommateurs fustigent le caractère faillible de la mesure. Ces derniers ne comprennent pas que les prix demeurent élevés, et ce, malgré la création d’une industrie de bois. Même situation pour les produits transformés dont le coût ne cesse de croitre. A titre d’exemple, entre 2010 et 2014, le nombre d’unités industrielles de production et de transformation de bois est passé de 95 à 130 soit, une augmentation de 270%. Cette mutation montre une transformation quasi importante donc, une accentuation de la production des dérivés des grumes. Le sciage se situe aujourd’hui à 61%, le placage à 26% et la fabrication de contreplaqué est passée de 3% à 11%. Une réelle transformation du secteur se lie mais cela ne profite pas à la population. D’aucuns se demande : « à quand une réelle politique de réduction des coûts (de matériaux de construction) pour les consommateurs locaux particuliers et économiquement faibles ? ».

Si l’industrie du bois fait les beaux jours du Gabon, il reste qu’une forme de déception est perceptible chez les consommateurs pour qui la mesure prônée par le Président de la République et saluée par l’Opinion manque d’écoute. De l’avis des uns et autres, « le Gabon aura beau devenir le numéro 2 mondial mais cette avancée n’aura aucun impact objectif pour les citoyens Gabonais », si elle n’affecte pas le prix de procuration des produits dérivés à l’unité.


Michaël Moukouangui Moukala

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs