Focus Franceville : Quand l’équipe nationale de Football intéresse très peu !

vendredi 24 novembre 2017 Sport


Depuis 2012, Franceville abrite souvent des rencontres internationales, cependant l’engouement n’est pas toujours au rendez-vous, et ce, malgré la distribution gratuite des billets d’entrée. Un constat de nouveau effectué par le reporter de Gaboneco.com, lors du match des éliminatoires du Mondial Russie 2018 face au Mali et en amical contre le Botswana le 11 et le 14 novembre dernier. Fin de cette série de reportages consacrée à Franceville.

Peu importe l’enjeu de la rencontre, à Franceville les Panthères n’attirent plus grand monde. Les populations affichent clairement, à tort ou à raison, leur désintéressement. La quasi-totalité des rencontres des Panthères du Gabon au stade Rénovation se sont soldées par un match nul ou une défaite. Plus grave, le stade est très souvent vide.

Ce qui n’est pas de nature à favoriser la bonne image du pays, surtout que ces matchs sont retransmis sur les chaines nationales. Lors de ce match des éliminatoires du Mondial 2018, à peine 10 000 personnes ont été annoncées présentes au stade par le speaker et contre le Malawi, 8000 personnes dans un stade d’une capacité d’accueil de 22000 places.

Les causes du manque d’engouement ?

Certains observateurs justifient le phénomène par les défaites de l’équipe nationale, associée à la mauvaise communication de la Fédération Gabonaise de Football et de « l’amateurisme » du CNOMGCENI qui ne touchent pas assez le cœur des populations. « Comment comprendre que pour le match contre le Mali sur les deux rares affiches dans la ville, on met en avant Pierre Emerick Aubameyang, Mario Lemina, deux joueurs absents de l’équipe nationale, comment alors espérer voir les supporters informés de leur absence ? », s’interroge un francevillois.

Pour tenter d’expliquer ce fiasco répétitif à Franceville, un responsable de club local fait savoir que cela est aussi causé par certains responsables proches de la FEGAFOOT et de la CNOMGCENI qui gardent les billets d’entrée chez eux ou tentent de les vendre, même quand ils sont distribués gratuitement, comme cela est souvent le cas. Les autorités politiques qui ont souvent la charge de distribuer les billets dans les villes comme Moanda, Leconi, Ngouoni, Boumango etc ne le font pas correctement. Conséquence : absence de pavoisement et donc de la ferveur autour de la sélection nationale. A cela s’ajoute, les multiples contrôles des militaires. Personnes n’y échappe, et ce, même lorsqu’il s’agit des bus affrétés au transport des supporteurs, comme c’est le cas à Libreville.


Pacôme IDYATHA

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs