Fonction publique/ Gel des recrutements : Raymond Ndong Sima s’oppose à la mesure

lundi 1er avril 2019 Economie


À la chambre de Commerce de Libreville, avant-hier, samedi 30 mars dernier, l’ancien Premier ministre, Raymond Ndong Sima a fustigé le gel des embauches à la fonction qu’il a qualifié de « mauvaise solution » à l’épineux problème inhérent à la réduction du train de vie de l’état.

Pour sortir des déséquilibres des finances et la masse salariale élevée depuis 2014, le Gouvernement gabonais a mis en place un nombre de réformes dont l’une consiste la suspension partielle des embauches dans la fonction publique. Une décision fustigée par Raymond Ndong Sima, par ailleurs économiste de formation. « J’avais déjà prédit tout ce qui arrive en ce moment car, depuis 2013, les pertes sur les recettes budgétaires de l’Etat étaient désastreuses. Pire depuis la catastrophe pétrolière survenue en 2014 », a déclaré d’entrée Raymond Ndong Sima. L’ex Premier ministre d’Ali Bongo Ondimba s’est évertué à démontrer via une présentation PowerPoint les raisons de son inquiétude avant de proposer des pistes de solutions devant permettre de sortir le Gabon de la crise financière.

« Comment pouvez-vous expliquer que seulement la masse salariale de l’état est de 51 % sur le revenu brute ? Le gouvernement pense qu’en gelant le recrutement à la fonction publique, il pourra résoudre le problème alors que non. Même, en enlevant les 5 ou 15% sur les salaires, cette stratégie ne fera qu’empirer les choses, car elle n’impacte pas sur cette masse que nous tous trouvons énorme », a déclaré Raymond Ndong Sima. Comme solution, l’économiste pense au resserrement de la grille indiciaire, à la réduction de l’âge de départ à la retraite pour se limiter à 25 années de cotisation.

« La première solution impliquerait une diminution des salaires nominatifs et la seconde présente le triple avantage de : favoriser immédiatement une économie substantielle sur la masse salariale ; libérer un certain nombre d’emplois pour un coût budgétaire inférieur et contribuer à diminuer une pression sociale de plus en plus forte des jeunes diplômés qui subissent une situation du marché du travail dont ils ne sont pas responsables. Il s’agira là d’une justice sociale, de solidarité nationale, et même tout simplement de morale publique », a poursuivi Raymond Ndong Sima.

« Dans le cas d’espèce, le Gabon est confronté depuis un certain temps à des problèmes récurrents de déséquilibres de ses finances publiques. J’ai voulu évoquer la problématique du gel des embauches dans la fonction publique, sa justification, ses conséquences ainsi que les voies susceptibles d’infléchir substantiellement et immédiatement la structure des dépenses de l’Etat », a conclu l’ex Premier Ministre qui espère avec cette sortie suscite un débat constructif sur la question.


Tony Muru

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs