Football : Quid du match Gabon Vs Mali ?

lundi 13 novembre 2017 Sport


Après la dernière journée des éliminatoires du Mondial Russie 2018, durant laquelle les Panthères du Gabon ont été tenues en échec par les Aigles du Mali au stade Rénovation de Franceville (0-0), il convient de décrypter ladite rencontre. Analyse.

Après un énième match nul (0-0) concédé par les Panthères du Gabon, version football, samedi dernier à Franceville, contre le Mali, il ya lieu de passer au peigne fin la rencontre.

Entre déchets techniques et faiblesses physiques

Au regard de la prestation des Panthères, avec de retour au goal Didier Ovono, les commentaires fusent. De ce qu’il ressort, il n’ya rien à tirer de bon avec cet effectif, et ce, tant sur le plan tactique que technique. Amputée de ses cadres à savoir Aubameyang, Mario Lemina, Denis Bouanga, Didier Ndong Ibrahim, la sélection gabonaise a d’entrée été absorbée par le rouleau compresseur malien, amené par Yves Bissouma, repositionné en meneur de jeu par le coach Mohamed Magassouba.
C’est une équipe gabonaise sans cohésion notamment au niveau des passes. Laquelle équipe a été incapable d’aligner plus de trois passes. Cela peut certainement se justifier par le manque de rigueur, la tergiversation et l’instabilité dans le choix de joueurs convoqués, mais aussi la faiblesse au niveau de la formation à la base. En effet, ces manquements ont été observés chez certains joueurs locaux.

Subissant la rencontre avec les assauts d’Adama Niane ou du jeune Moussa Doumbia, le Gabon a malgré tout tenu ce score vierge en partie grâce à sa défense, chapeautée par Bruno Ecuele Manga et Aaron Appindangoye qui ont remporté le maximum de leur duel. A ce duo s’ajoute Didier Ovono vigilent sur tous les coups. Sur les côtés de la défense à gauche comme à droite, Johan Obiang et Lloyd Palun ont subit la pression des attaques adverses, sans apporter de répliques. En milieu défensif si André Biyogo Poko qui a marqué son retour à son poste de prédilection a été applaudi pour sa générosité dans les efforts et son impact physique, il n’en demeure pas moins vrai qu’il a laissé entrevoir en lui plusieurs déchets techniques. Pour sa part, Junior Assoumou, pourtant bon lors de l’expédition de Bouake, a été invisible ou presque lors du match contre le Mali.

Physiquement émoussée et techniquement inconstante, après une demi heure, la jeune Panthères très fière de défendre les couleurs de son pays a été rattrapée par le manque de compétition dans les jambes dû certainement à son statut de joueur de Cfa française. Considéré autrefois comme l’avenir du football gabonais, Levy Madinda aligné en position de meneur de jeu a été une des rares satisfactions du côté des Panthères. Dans la recherche de solutions offensives, l’ancien joueur de Celta Vigo, en l’absence de Mario Lemina a su colmater les brèches. Mieux, à plusieurs reprises, il a causé des difficultés aux joueurs maliens, grâce à son bagage technique.
Sur le flanc gauche de l’attaque, le jeune Ameka Autchanga du CF Mounana a été l’ombre de lui-même. Durant les trente premières minutes de la partie, c’est à peine s’il a réussi un seul geste. De l’autre côté, Randal Oto’o Zué, défenseur de formation classé au poste d’ailier par Camacho. Voulant trop en faire, Oto’o Zué, animé par l’envie de porter le ballon, n’a convaincu personne.

Aligné aux avant postes de l’attaque du Gabon, Axel Meye Me Ndong a comme à son habitude bousculer les défenseurs centraux adverses. Jouant sans complexe en plus de remplir sa tâche offensive, même s’il a raté une des plus nettes occasions de son équipe sur une frappe qui a rasé le poteau droit de Djigui Diara, Axel Meye a abattu un travail défensif appréciable. Aaron Boupendza à force de vouloir dribler est passé à côté de son match. A peine rentrée le jeune Boupendza a gâché une action nette, avec un control de trop. Perrin Obambou, lancé en milieu défensif et Medwin Biteghe ont fait le service minimum à l’image de leur équipe.

La seule satisfaction reste l’invisibilité conservée des Panthères sur le stade Rénovation, comme promis en conférence de presse la veille du match par Didier Ovono Ebang et sans doute la 3e place honorifique occupée dans cette poule C derrière le Maroc qualifié pour le Mondial et la Côte d’Ivoire, éliminée à domicile par Hervé Renard.


Pacôme IDYATHA

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs