Gouvernement : Un remaniement taillé sur la base de nouvelles ambitions

mercredi 30 janvier 2019 Politique


Trois poids lourds de la gouvernance gabonaise sous l’ère du Président de la République, Ali Bongo Ondimba, ont quitté le gouvernement ce mercredi 30 janvier à la suite d’un léger remaniement. Dans les coulisses des milliers feutrés ont met en avant la volonté de rendre plus concrète l’action des ministères sur la base d’une « cohérence » plus accrue que par le passé.

Le remaniement du gouvernement, c’est l’évènement inattendu qui alimente les conversations au sein de l’opinion en cette journée du 30 janvier 2019. Etienne Massard Kabinda Makaga, Ali Akbar Onanga Y’Obeghe et Christian Magnagna respectivement ministre d’Etat, ministre de la défense, ministre de l’agriculture et ministre de l’eau et l’énergie, trois ténors de la gouvernance gabonaise ont été sortis du gouvernement à la suite d’un léger remaniement gouvernemental.

Ministre d’Etat, ministre de la défense, Etienne Massard Kabinda Makaga, a été remplacé par l’ancienne ministre, mairesse de la commune de Libreville, Rose Christiane Ossouka Raponda. Puis s’en est suivi, Ali Akbar Onanga Y’Obeghe, ministre de l’agriculture nommé le 12 janvier passé au ministère de l’Agriculture qui a été remplacé par Biendi Maganga Moussavou, le ministre sortant affecté à la même date à un autre portefeuille ministériel et aujourd’hui reconduit à son ancien portefeuille. Selon les informations collectées par le média panafricain, Jeune Afrique, « Cette décision est motivée par les sollicitations des acteurs du secteur … » qui disent être satisfaits de l’action de ce dernier au sein de ce ministère lors de son passage. Et enfin, Christian Magnagna, ministre de l’énergie, remplacé par Tony Ondo Mba.

Dans les coulisses des milliers feutrés ont met en avant la volonté de rendre plus concrète l’action des ministères sur la base d’une « cohérence » plus accrue que par le passé. « Ce réaménagement devrait renforcer la cohérence des portefeuilles ministériels (…)  », soutient un proche du Président de la République contacté par Jeune Afrique.

Ainsi, cette « cohérence » recherchée doit par exemple permettre la coordination de la stratégie énergétique avec la valorisation des ressources minières rattachées à l’eau et l’énergie, le renforcement de la promotion des investissements désormais du ressort du ministère de l’économie et la promotion des PME/PMI avec le commerce.

Petit bémol. Est-ce à dire que la présence de ces ministres au sein du gouvernement constitue un risque d’échec de la mise en place de cette « cohérence » en tant que nouvelle politique de gouvernance ? Si l’argument avancé par la source de Jeune Afrique présente quelques couacs, l’action des ministres comme Christian Magnagna dont le passage au ministère des mines a permis de réguler l’exploitation de l’or, autrefois chasse gardée des trafiquants illicites qui opéraient en toute quiétude sans s’acquitter d’impôts au Gabon, remet en cause le but recherché par ce remaniement. Que dire de l’entrée de l’ancienne mairesse de la commune de Libreville, Rose Christiane Ossouka Raponda, pressentie depuis quelques jours comme son propre successeur à la tête de la Mairie de Libreville ?


Michaël Moukouangui Moukala

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs