Hygiène et sécurité alimentaire : Les bonnes pratiques !

jeudi 16 février 2017 Société & environnement


Panéliste d’un atelier hier, mercredi 15 février sur les « règles d’hygiène et de sécurité alimentaire » dans le cadre de l’Espace PME, Yann Arago, expert en sécurité alimentaire décline le bon mode de préparation et cuisson des aliments.

Sommes-nous tous dans le faux et en grande majorité responsables des problèmes sanitaires qui nous arrivent ainsi qu’à nos proches ? On peut sans ambages répondre par l’affirmative, d’où l’atelier relatif aux « règles d’hygiène et de sécurité alimentaire » animé hier, mercredi 15 février, au ministère des PME par Yann Arago, expert en sécurité alimentaire.

L’atelier a servi de guide pratique aux professionnels de l’alimentation et a surtout permis de mesurer les dangers sanitaires encourus par les populations en raison des pratiques peu recommandables utilisées en restauration. C’est pourquoi ledit atelier a le mérite de reconnaître les insuffisances des administrations de contrôle de sécurité alimentaire telles que l’Agence gabonaise de sécurité alimentaire (Agasa)qui s’illustre par un certain laxisme dans l’anarchie régnant dans le secteur de l’alimentation. En effet, la prolifération sur l’étendue du territoire des commerces de nourriture (Ndlr : cafeterias, restaurants et autres gargotes à ciel ouvert) n’obéissent pas aux règles d’hygiène et de sécurité alimentaires. Un phénomène accentué par l’absence de contrôle systématique et de sanctions qui ont des conséquences néfastes sur la santé des populations.

En sa qualité d’expert en sécurité alimentaire, Yann Arago milite pour de bonnes pratiques, et ce, à toutes les étapes de la chaine, du stockage des denrées à la cuisson en passant par le nettoyage des aliments et ustensiles. « Quand on a une cuisine, il est important d’avoir une certaine hygiène », explique l’expert. Cette hygiène concerne aussi bien le comportement en cuisine que l’usage des produits de nettoyage. A titre d’exemple, l’expert est d’avis que le vernis et faux ongles, la présence d’un mouchoir, les parfums voire les discussions en cuisine sont des habitudes à bannir. Ce dernier d’ajouter que l’espace de cuisson doit toujours être propre. Idem pour les murs de la cuisines qui doivent être à l’abri de toute moisissure susceptible de retomber dans les marmites, etc. « S’il y a besoin immédiat d’un ustensile qu’on vient de nettoyer, l’idéal serait de l’essuyer avec du papier adéquat », l’usage constant du torchon n’est pas recommandé en raison de l’humidité qu’acquière le tissu et qui peut abriter des agents pathogènes. Mais combien d’entre nous appliquent à la lettre lesdites recommandations ? Malheureusement, quasiment personne !

A en croire le conférencier du jour, l’Agasa impose que toute entreprise spécialisée dans l’agro-industriel sous-traite avec une société de nettoyage. Seulement dans la réalité, cette exigence est loin d’être respectée. Selon Yann Arago, l’application et le respect des consignes d’hygiène et de sécurité alimentaire revêt un double avantage pour la pérennité de l’entreprise et la sécurité du consommateur.C’est pourquoi il invite les promoteurs de ces structures à adopter les bonnes pratiques.


Michaël Moukouangui Moukala

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs