Institution : Le CND en quête d’une bouée de sauvetage

jeudi 28 février 2019 Politique


C’est ce qui est ressorti de la première assemblée extraordinaire du Conseil National de la Démocratie (CND) , tenue ce jeudi 28 février 2019 à l’hôtel Palme D’or de Libreville. C’était en présence du premier ministre, Julien Nkoghe Bekalé qu’accompagnait quelques membres de son gouvernement, des anciens premiers ministres, des présidents des institutions constitutionnelles, des diplomates accrédités au Gabon et des représentants des partis politiques membres de l’institution.

C’est une institution quasiment à l’agonie, si l’on s’en tient au chapelet de problèmes égrenés par son président, Séraphin Ndaot Rembongo, tant sur le plan matériel que financier. Car, « depuis deux ans », a-t-il dit, « le CND n’a plus été en mesure de fonctionner normalement » à cause de l’amputation du budget initial d’un montant d’un milliard, budget qui a finalement été ramené à 200.000 000 millions de FCFA, soit une réduction de 80% du budget fonctionnel de l’institution. Outre cette réduction du budget fonctionnel du CND, il y a également le problème des salaires des agents pourtant nommés, il y a trois ans en conseil des ministres, mais qui n’ont jamais perçu leurs énumérations, malgré de nombreuses démarches entreprises auprès des décideurs.

Toujours au chapitre des difficultés financières, le fonds électoral promis par le ministre du budget, lors des dernières élections couplées au titre de l’observation électorale par l’institution ne lui a jamais été versé. Conséquence, les observateurs électoraux dépêchés sur le terrain par le CND n’ont jamais rendu leur rapport en signe de protestation pour leurs per diem. A ces problèmes d’ordre financiers, s’ajoute la situation du siège de l’institution qui n’a jamais été réfectionné à la suite de son saccage, lors des violences postélectorales d’août 2016. Le renouvellement du bureau devenu caduque depuis deux ans n’est pas en reste, alors même que ces membres continuent de percevoir des salaires.

Autant de problèmes qui paralysent sérieusement le fonctionnement régulier de l’institution démocratique, qui vit là certainement ses dernières heures si aucune décision urgente n’est prise du côté du gouvernement. Ce qui a fait dire à Moussavou King, ancien candidat à la présidentielle de 2009, par ailleurs un des membres, que c’est par la volonté politique que le Conseil National de la Démocratie a été crée. C’est aussi par la volonté politique qu’il survivra. Crée au terme des accords de Paris dans le but de résorber la crise politique, née de la contestation de l’élection présidentielle de 1993, le CND a été reconfiguré en juin 2015.


Leno KOLEBA

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs