Kevazingogate : François Wu clame son innocence

lundi 3 juin 2019 Société & environnement


Accusé dans une affaire de disparition au Port d’Owendo, d’un stock de 353 conteneurs remplis de Kevazingo, une essence classée précieuse, l’homme d’affaires chinois, François Wu, présenté par la justice gabonaise comme le principal ‘’cerveau’’ de ce trafic avec deux de ses compatriotes se défend et nie toute responsabilité dans cette affaire qui fait débat au Gabon.

Au Gabon, l’affaire Kevazingo n’a pas fini de faire parler d’elle. Recherché par la justice gabonaise pour une supposée participation à la disparition, au port d’Owendo, d’un stock de 353 conteneurs chargés de Kevazingo, l’homme d’affaires chinois, François Wu, représentant de la société 3C transit dans une interview accordée à RFI nie être le responsable de ce trafic alors que la justice gabonaise le présente comme le ‘’cerveau’’. « Je ne suis qu’un expert en conseils juridiques et traducteur. Certains compatriotes qui sont peut-être jaloux ou qui ont d’autres motifs, je ne sais pas, ont donné mon nom à la justice. Ils estiment, que je suis le cerveau de l’affaire. Pourtant, nulle part il y a mon nom, nulle part, il y a ma signature », s’indigne François Wu.

A la mi-mai dernier, le Procureur de la République, Olivier N’Zaou, au cours d’une conférence de presse avait notifié que 200 conteneurs ont été retrouvés dont 71 sur le site d’entreposage de la Sotrasgab et 129 sur le site Owendo conteneurs terminal.
Pour François Wu, ces conteneurs ne possèdent pas du Kevazingo tel que présenté par les autorités publiques gabonaises. En effet, fait-il remarquer, « sur les 200 conteneurs localisés au Gabon (…) Je peux vous dire et bien affirmer qu’aucun conteneur n’a un morceau de Kevazingo. On n’a qu’à aller vérifier. Il suffit de faire un rapport d’expertise ».

Ces révélations de nature à remettre en question l’action de la justice gabonaise pourraient soulever le doute sur les dessous de cette affaire, alors que plusieurs hauts cadres de la république dont Pierre Claver Maganga Moussavou et Guy Bertrand Mapangou, respectivement Vice-Président de la République et Ministres des forêts et de l’environnement ont payé de leur poste à cause de cette affaire.


Michaël Moukouangui Moukala

Vos commentaires

  • Le 3 juin à 19:06, par Alain Serge MAKAYA En réponse à : Kevazingogate : François Wu clame son innocence

    Hahahaha
    lui là , tout le monde lui connais ..
    un simple conseiller juridique et traducteur . Laissez moi rire .
    Parlez aux frères gabonais du bois , ils savent tous ... Même les grands en haut savent .
    Il fait le bizeness dans le bois depuiiiiis .
    Allez-y voir . Sauf que le gars est malin , y a toujours un autre quelqu’un devant lui pour signer mais derrière c’est toujours lui ohhh !
    C’est en cela qu’il a appris le droit et sait l’utiliser , lui ne signe rien mais gère tout .
    Mouf si tu crois la gare là .

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs