La Chronique de l’Agitateur : Doit-on abolir les concours de miss ?

mardi 14 février 2017 Speciales


La réponse à cette question, sans ambages, est oui. Au-delà de son caractère foncièrement immoral, cette désolante exhibition de l’anatomie féminine est d’un ridicule déconcertant et franchement réducteur.

En Europe, notamment en France, le débat refait surface surtout dans les milieux féministes qui voient dans ces concours imbéciles, la chosification de la femme et sa réduction à sa plus simple expression. Comme dans une foire aux esclaves, on les fait défiler devant des regards intéressés, foulant aux pieds leur dignité humaine. Celle qui dispose d’une armature esthétique à faire bander un bonze, est déclarée miss. Perpétuer de nos jours de vielles pratiques rétrogrades inspirées sans doute par la vérole sexiste dans un monde dit « civilisé », relève, de mon point de vue, de la bêtise pure. Cela nous ramène à la surface de vieux souvenirs qui, malgré les époques qui passent, ne cessent de réanimer nos complexes inhibitifs pourtant enfouis dans les profondeurs de notre subconscient.

Du fait de ses formes généreuses, la Vénus hottentote fut déportée en Europe pour y être exposée telle une curiosité métaphysique. Il s’agissait là du stade suprême de l’humiliation jamais infligée à la gent féminine. Son corps fut longtemps exposé en Europe où touristes et autres vieux pervers accouraient loucher sur ses parties génitales hors-normes. A la demande du gouvernement sud-africain post-apartheid, le corps, longtemps exposé à la curiosité humaine, fut finalement rapatrié en Afrique du sud, sa terre natale pour y être inhumé après près d’un siècle d’humiliation absolue.

Comment perpétuer les concours de miss qui ne sont rien d’autre qu’une activité ludique des plus crasses qui, au lieu d’élever la femme dans ce qu’elle a de plus valeureux, fait la promotion de ses formes salaces pour aiguiser les appétits. Comment, dans ce cas, s’étonner des clichés les plus réducteurs faisant de la femme cet objet de plaisir pour le bonheur de la meute poilue !

Les concours de miss qui sont en fait des concours érotiques, doivent être simplement proscrits, c’est une exigence capitale. C’est d’ailleurs le vœu exprimé par de nombreux féministes en Occident. Quelques abrutis tenteront de défendre les concours de miss au motif qu’ils valorisent la beauté de la femme. Curieuse valorisation tout de même qui n’ajoute rien en termes de plus-value à la plastique féminine. Notre monde est vraiment civilisé ? Ne doit-on pas se débarrasser de ces pratiques qui nous ramènent au stade de sauvages moyenâgeux ? Et que dit le clergé, pourtant grand défenseur de la morale ? Evidemment rien, car trop occupé à prêcher un évangile qui, de nos jours, n’accroche plus que quelques demeurés en quête d’un hypothétique salut spirituel post-mortem.


L’Agitateur

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs