La chronique de l’Agitateur : L’empire émergent et la horde barbare

mercredi 8 février 2017 Speciales


On avait eu tort de penser que la meute barbare disparaîtrait avec l’arrivée du pouvoir émergent qui sonnait pourtant la rupture avec l’ordre ancien et ses avatars qui ont voulu perpétuer un système pernicieux dans lequel ils passaient pour des véritables mandarins dont la mission était de régenter la vie politique de ce pôvre Gabon.

C’est ainsi qu’on a vu apparaître, comme de nulle part, d’illustres inconnus au bataillon. Poussé par les vicissitudes existentielles, chacun allait de sa propre partition, l’essentiel était de se frayer une place au soleil. On peut convenir avec Machiavel que ‘’la fin justifie les moyens’’. Nombreux, s’ils n’ont pas opéré d’aberrants raccourcis pour arriver à leurs fins, se sont tout bonnement recyclés dans l’activisme virtuel de petits illuminés psychopathes sur fond de traîtrise.

Le citoyen Siméon Ekogha est de ceux-là. Ce patronyme ne vous dit rien assurément. Certains ont sans doute vu ce nom sur la toile ou en ont entendu parler, lorsque le Dr Daniel Mengara irradiait la toile avec ses pamphlets contre le régime de Libreville sous Omar Bongo. Ses coups de gueule qui avaient tout d’un projet politique pour le Gabon, étaient devenus le manifeste idéologique de son mouvement politique tout aussi virtuel baptisé ‘’Bongo doit partir’’ (BDP) dont Siméon Ekogha était le digne représentant à Paris. Poste qu’il va perdre lorsque son leader réalise finalement que Siméon Ekogha n’est rien d’autre qu’ un opportuniste dangereux qui mange dans les mains du pouvoir de Libreville qu’ils étaient tout deux censés combattre.

Non content d’être débarqué comme un malpropre, comme tout bon opportuniste, Ekogha qui ne veut pas lâcher la poule aux œufs d’or, entre dans une colère noire et créé une aile dissidente du BDP, histoire de faire croire à Omar Bongo qu’il est toujours un maillon clé du BDP avec lequel il peut toujours compter pour lui refiler tous les tuyaux. Et cela finira par payer puisqu’Omar le bombardera Conseiller à la CNAMGS en plus des mallettes d’argent qu’il met à sa disposition. Une fois atterri dans cette boîte, on le voit plus arpenter les cafés que là où il était censé justifier son salaire. L’homme était comme un cheveu dans la soupe. Totalement ‘’dans le jus’’. Il ne pigeait que dalle. Le pôvre, qu’est-ce qu’il pouvait bien faire surtout pour quelqu’un à la formation sommaire. Gardez-vous d’échanger avec le personnage sinon vous aurez un mal de chien ! L’homme au discours décousu, est même incapable de tenir une conversation structurée.

On aura vu ses états de service et l’étendue de ses limites lors d’une mission à Tchibanga dans le cadre d’une mission de la CNAMGS. Il passait plus son temps à jouer les chefs de mission et à faire dans la rétention de l’argent destiné aux membres de cette expédition ; poussant un zèle merdique jusqu’à irriter le représentant de la CNAMGS dans cette localité du sud-ouest du Gabon. Mais Ekogha, en bon petit délateur et pour se venger de celui qui osait remettre ses capacités intellectuelles en cause, pour le griller à jamais, ira jusqu’à confectionner un tissu de mensonges qu’il déposera sur le bureau du Gouverneur de la province.

A la CNAMGS où on s’est très vite rendu compte de son incompétence endémique et où la seule évocation de son nom fait pouffer de rire certains agents de cette boîte, le personnage puait l’imposture à distance. L’homme dont la délation est sa seule carte qu’il pousse pour séduire les patrons, s’est heurté à l’indifférence des maîtres des lieux qui ne mangent pas de ce pain. Ayant constaté que la moutarde avait du mal à prendre, il s’illustrait désormais par un comportement irrévérencieux vis-à-vis de ses supérieurs. C’est ainsi qu’il se fait éjecter. Depuis lors, l’homme pour faire chanter, a renoué avec ses anciennes amours : l’activisme virtuel dont les cibles sont ses anciens patrons. Tel un sniper ayant perdu ses repères, il les place quotidiennement dans sa ligne de mire. Polluant la toile de ses sottises de petit parano qui cherche en vain une thérapie pour sortir de ses états inhibitifs. Pôvre Ekogha ! Vite il lui faut une psychanalyse avant qu’il ne glisse dangereusement vers un état dépressif aigu.


L’Agitateur

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs