La chronique de l’Agitateur : « La saint Valentin », fête des amoureux ?

mercredi 14 février 2018 Speciales


Chaque 14 février, est fêté la saint Valentin. La saint Valentin ? Hum… ! Voilà une connerie parfaite qui me les gonfle sérieusement. Valentin devait être une sorte de Don Juan pour jouir d’un tel mérite planétaire au point d’être béatifié et placé au panthéon de la sainteté. Etait-il un tombeur de la bonne chair issue de la haute classe, ou piochait-il dans les milieux de la plèbe où grouille la racaille de la pire espèce ? Je me demande bien quel génie a inventé ce truc censé magnifier l’amour entre deux âmes.

Des internautes qui écument la toile au quotidien m’apprennent que cette trouvaille tire ses origines un peu disparates dans la vielle Angleterre du 16ème siècle. Qu’un tas d’abrutis adhère à une telle débauche planétaire, auréolée d’artifices enjoliveurs par des accros du sexe et l’industrie commerciale, est normal, mais que des êtres à la réflexion aiguisée se laissent eux aussi emporter par l’émotion sécrétée par cette orgie libidinale, est tout de même étonnant. Le rite de la saint Valentin a ses codes moraux établis dans la société grâce à un tapage marketing à grande échelle.

C’est donc l’heure des cadeaux, des roses rouges que l’on offre à son ou à sa bien aimée, des sorties au restaurant, des excursions nocturnes dans les jardins publics et des croisières en mer… symbolisant le parfait amour. Tout comme l’anniversaire de mariage, ces différents symboles sont censés sceller durablement les liens affectifs unissant les deux espèces mâle et femelle. Ces gestes, pour avoir un sens, sont complétés par des parties de jambe en l’air qui constituent la cerise sur le gâteau. Réduire la saint Valentin au sexe, c’est manquer de pertinence rétorqueront certains. Ils diront à peu près ceci : « On peut bien s’attacher à un être sans pour autant savourer des moments d’extase libidinale. L’amour platonique ou désintéressé et sans intentions charnelles existe bel et bien ! »

Ah ouais ; non sans blague ! Je pense qu’il n’existe que dans la tête de ceux qui font dans un angélisme sournois. La saint Valentin, c’est un amour charnel et possessif qui provoque une explosion libidinale et non impersonnel ou désintéressé comme ils veulent nous faire croire, sauf à être un rêveur qui vit sur Vénus. Aux delà des barrières culturelles bourrées de tabous et d’interdits, et sans être un vieux pervers qui fait l’apologie de l’inceste, et sans être non plus adepte de la licence, quel est ce mâle poilu ou cette femelle qui dira n’avoir jamais louché sur les attribues érotiques d’une sœur, d’une cousine, d’un frère ou d’un cousin ? L’instinct animal en nous, à la moindre pulsion sexuelle, vous en conviendrez, brise nos sentiments inhibitifs.


L’Agitateur

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs