La Chronique de l’Agitateur : Le studio ‘’A’’ de la radio Africa N°1 vandalisé !

vendredi 6 avril 2018 Speciales


La radio panafricaine Africa N°1 n’en finit plus de nous agacer avec ses péripéties existentielles qui la plombent chaque jour qui passe et condamnent ses employés à échouer sur la paille.

Après plus d’un an de mouvement d’humeur observé par les employés qui réclament une dizaine de mois d’arriérés de salaires, la radio, en terme de service minimum, depuis lors, s’est transformée en une sorte de robinet musical meublé de quelques messages revendicatifs. Au fur et à mesure que les autorités traînent le pas dans la recherche de solutions aux problèmes rencontrés par cette radio, le mouvement, petit à petit, se radicalise avec cette fois-ci la diffusion de messages politiquement incorrects qui foutent les autorités en boule.

Crépin Nganga, du haut de ses nouvelles fonctions d’Administrateur directeur général par intérim, est un petit génie en soi. Depuis qu’il assure cet intérim qu’il cumule avec son poste de directeur des antennes, l’homme réalise des exploits surréalistes. Pour calmer la rage secrétée par un certain Félix Onkéa du comité de privatisation dont il a reçu des foudres, parce que non content du contenu du micro-trottoir passé sur les antennes de la panafricaine, contenu marqué d’indignations face à la situation vécue par les agents de cette radio qui accusent plus de 10 (dix) mois d’arriérés de salaires, le très fantasque Crépin Nganga, en bon petit carriériste, tel un ectoplasme, s’est plié en quatre pour demander pardon au seigneur Onkéa, jurant de réparer le tort que ce micro-trottoir a causé aux plus hautes autorités du pays. Tel un vandale, Crépin Nganga a recruté quelques gros bras et débarqué à la radio afin de mettre fin au micro-trottoir qui passait en boucle et agaçait le seigneur Onkéa. La pression exercée par sieur Onkéa étant si forte que Crépin, ayant perdu la raison, et craignant pour son poste, n’a pas cherché à tergiverser pour faire exécuter l’acte de vandalisme. Vite ! L’ordre a été donné de casser la serrure sans faire convoquer au préalable ni le directeur technique ni l’un des techniciens d’exploitation qui auraient pu ouvrir le studio sans briser la serrure.

La question toute simple est celle de savoir qui est ce Félix Onkéa pour tancer les membres d’encadrement d’Africa N°1 ? Le fait de jouer les interfaces financières entre cette radio et l’Etat gabonais, lui donne-t-il le droit de se comporter en super patron ? Pour qui se prend, au fait, ce monsieur dont la complicité est nettement établie dans le naufrage de la radio africaine. Oui, cette masse de chair à la bouille patibulaire a largement contribué à torpiller le redressement judiciaire opéré par maître Roger-Valère Moussadji qui devenait, pour la ruche mafieuse, un empêcheur de magouiller tranquille. Onkéa fait partie de la galaxie des vilains personnages à l’origine de la situation de cette radio qui ne cesse de sombrer depuis qu’elle est sous le contrôle des vampires.

Maître Moussadji avait bouclé le dossier, du moins trouvé la porte de sortie pour cette radio qui vivote depuis que sa gestion est passée aux mains des nègres à l’appétit vorace. Le syndic judiciaire avait même trouvé un partenaire stratégique en lieu et place des Libyens qui détenaient 52% des parts du capital et ne pouvaient plus remplir leur cahier des charges du fait de la situation politique dans leur pays désormais en proie aux groupuscules armés. C’est à croire que la galaxie des mafieux fait tout pour maintenir cette radio au fond du gouffre tant qu’elle leur permet d’en tirer aussi longtemps de substantielles prébendes. Et dire qu’existe au Gabon l’opération mamba qui, dit-on, vise à faire le ménage dans les finances publiques !


L’Agitateur

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs