La Chronique de l’Agitateur : PDG contre PDG

vendredi 6 janvier 2017 Speciales


PDG contre PDG’’, tel aurait pu être le titre d’un thriller politique dont les acteurs ne sont autres que des membres d’une même secte politique qui se sont étripés pour discuter le pouvoir.

Les imbéciles qui avaient fortement misé sur la transformation du Gabon en un champ de ruines et pris jean Ping en otage pour en faire le porte étendard d’une légion de va-t-en guerre, peuvent désormais déchanter. Leurs sinistres desseins ne verront jamais le jour ! Le Gabon ne se transformera pas en une poudrière. Après des moments d’errements qui ont failli mettre à mal la cohésion nationale, place désormais à la raison et la lucidité, des qualités propres aux grands esprits.

Ping a organisé son dialogue et on en connaît les conclusions. On est désormais fixé sur ses attentes pour notre démocratie. Il a failli se laisser pousser à la faute par quelques salopards qui avaient des agendas cachés. Mais l’homme, heureusement, s’est ravisé. Son discours se ‘’déradicalise’’ et devient un peu plus responsable. L’homme désormais fait dans le service minimum histoire d’exister politiquement. Finalement c’est le PDG qui sort vainqueur de cette bataille épique ayant opposé deux requins de la vie politique gabonaise, Ali Bongo Ondimba et Jean Ping, tous deux issus de la même écurie politique. Les deux hommes ne peuvent que trouver un modus opérandi afin de surmonter la crise qui s’enlise chaque jour un peu plus. L’idée d’organiser deux dialogues politiques s’inscrit sans doute dans cette perspective de réconciliation.

Les différents modes opératoires choisis respectivement par chacun des deux camps pour la tenue de ces assises aux calendriers espacés, leurs conclusions, si elles vont différer dans la forme, ne le seront pas dans le fond. Les questions électorales ayant dominé les assises tenues par le camp de Jean Ping, constitueront la base de travail du dialogue attendu après la CAN. Restera plus qu’un travail d’harmonisation pour que les choses entrent finalement dans l’ordre et fassent l’unanimité. L’exemple de la RDC peut faire école. Là-bas, il y a eu également deux dialogues. Celui de Vital Kaméré et le pouvoir et celui organisé par le clergé catholique. Les deux dialogues ont eu le mérite d’épargner aux congolais une autre canonnade qui aurait pu déboucher sur un énième bain de sang.

Il faut donc bien, pour la marche du pays, que les Gabonais liés par une histoire commune se parlent et tournent définitivement la page des violences post-électorales. Un adage bantu ne dit-il pas que ‘’le linge sale se lave en famille ?’’ Il faut bien, car la vie de la nation en dépend, que les acteurs politiques fassent preuve de maturité d’esprit. Les grands hommes ce sont ceux-là qui savent surmonter leurs différends dans le souci du vivre-ensemble. Vivre-ensemble oui, même si Ping et Bongo ne se mettront plus ensemble pour crier PDG oyé, ils pourront au moins se retrouver pour dire à l’unisson Gabon oyé !


L’Agitateur

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs