La manne de l’AFD : La raison de l’immixtion de Jean-Luc Mélenchon dans les affaires gabonaises…

mardi 31 juillet 2018 Politique


L’argent du contribuable français alloué au Gabon à travers l’Agence Française Développement (AFD), justifie l’immixtion du leader de la « France Insoumise », Jean-Luc Mélenchon, député français, dans la vie politique gabonaise. Une explication fournie par l’intéressé dans le courrier daté d’hier, lundi 30 juillet courant, destiné à Dynamique Unitaire.

« Pourquoi j’interviens maintenant ? », s’est interrogé le chantre de la « France Insoumise », Jean-Luc Mélenchon qui a enfin levé le voile sur son intérêt inhérent au microcosme politico-social gabonais. A en croire son courrier adressé à Dynamique Unitaire, l’aide au développement accordée par son pays natal aux autorités gabonaises lui donne le droit de farfouiller dans le landerneau politique local. « Le Président Bongo a notamment sollicité l’aide de la France qui a débloqué 800 millions d’euros entre 2010 et 2017 par le biais de l’AFD (Agence Française de Développement). Pour quel résultat ? », a déclaré Jean-Luc Mélenchon qui a reconnu toutefois le bien fondé du Plan Stratégique Gabon Emergent, PSGE, initié en 2009.

Selon lui le PSGE aurait pu « mettre le pays à un niveau de développement digne de ses ressources ». Ce dernier de rajouter : « En 2018, le deuxième pays le plus riche d’Afrique centrale reste à la traine du continent en terme de développement. L’éducation, la santé, les transports, l’accès à l’eau et à l’énergie sont au plus bas alors que de nombreuses entreprises quittent le pays souvent de manière cavalière (Ndlr : Bouygues Services et Sodexo pour ne citer que celles-là). Même Véolia et Total font leurs bagages », avant de poursuivre « Malgré les aides au développement et la manne pétrolière, l’économie gabonaise est en berne ».

Evoquant en filigrane dans son courrier la mal-gouvernance, Jean Luc Mélenchon s’interroge sur l’usage des financements accordés par l’Agence Française de Développement (AFD). « Dès lors je me mêle de ce à quoi sert l’argent du contribuable français à travers l’AFD, je demande des comptes au gouvernement français sur le contrôle de l’usage des fonds de l’AFD et je soutiens les travailleurs gabonais qui avec leurs syndicats ont décidé d’amplifier leur lutte à compter du 2 août », a conclu Jean-Luc Mélenchon proche de l’opposition gabonaise et de certains leaders syndicaux.

Un prétexte fallacieux du côté du pouvoir dans lequel plusieurs voix font prévaloir le droit de non ingérence, de souveraineté nationale... Ce pavé dans la mare va très certainement susciter des réactions imminentes des autorités gabonaises. Un nouvel épisode qui risque de susciter de nombreux rebondissements politico-diplomatiques.


Tony Muru

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs