La presse gabonaise lue par l’Agitateur : Dialogue social entre accalmie et diversion

dimanche 28 avril 2019 Speciales


Convoqué le 23 avril dernier par le premier ministre Julien Nkoghe Bekalé, en vue d’apaiser un climat social très tendu par le plan d’austérité gouvernemental, le dialogue social a connu, dans ses débuts, le retrait des certains syndicats ou centrales syndicales. Ce sont, Dynamique unitaire et le Synamag, syndicat des magistrats du Gabon. Lesquels, pas du tout d’accord avec le format prédéfini, ont posé des préalables somme toute ignorés par le chef du gouvernement. Dans la presse locale, comme d’habitude, les commentaires sont partagés entre pros et anti gouvernement.

Cette rencontre », écrit Gabon Matin, « découle d’une part des instructions du président de la république, Ali Bongo Ondimba dans sa vision politique d’améliorer les conditions de vie des Gabonais. De même qu’elle sera le début de la concrétisation du dialogue, une promesse faite par Julien Nkoghe Bekalé en février dernier devant les députés, lors de sa déclaration de politique générale. Toutefois, cette rencontre  », prévient le journal proche du pouvoir, «  ne sera pas un simple jeu de billard, voire une occasion donnée aux appétits aiguisés pour espérer recevoir comme il est toujours de tradition des per diem ou des strapontins. Il s’agira  », poursuit Gabon matin, « de voir dans quelle mesure venir à bout de la dégradation avancée du tissu social consécutive à l crise économique que traverse le pays. Une situation à l’origine des multiples tensions sociales causées par des revendications salariales dans les administrations publiques et privées et la croissance du taux de chômage en l’occurrence chez les jeunes ».

C’est complètement raté

Le titre est à la lire à Une du Moutouki. Lequel écrit qu’il s’agit « sans doute » d’une stratégie pour « occuper du temps trop libre ». Selon l’hebdomadaire proche de l’opposition, ce dialogue avec quelques partenaires sociaux triés sur le volet, n’est autre qu’un enfumage de plus de la part d’un gouvernement, qui joue la montre. Et cela alors même que le Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, qui détient les solutions pour désamorcer cette crise née du plan d’austérité du gouvernement, pointe depuis quelques mois aux abonnés absents, rendant ainsi inévitable la constatation de la vacance de pouvoir. Surtout que le gouvernement est aussi réputé pour son incapacité à tenir ses engagements lors des précédents dialogues. « Il n’est pas évident que Julien Nkoghe Bekalé neutralise la défiance à l’égard d’un gouvernement que d’aucuns trouvent encore pléthorique alors qu’il faut réduire les dépenses publiques », pointe Moutouki.

Julien Nkoghe Bekalé opte pour la diversion, renchérit La Loupe, très critique contre ce dialogue. « Personne n’est dupe. Le Gabon traverse des moments très inquiétants de son histoire. Face à la gestion catastrophique de notre pays par Ali Bongo et ses amis, marquée par la mauvaise gouvernance, violation des droits de l’homme, l’atteinte aux libertés individuelles et la violence au nom de l’Etat à tous les niveaux, les Gabonais ont pris conscience de la situation explosive sous leurs pieds. Raison pour laquelle ils ne cessent d’appeler instamment à l’organisation d’un dialogue inclusif pour redessiner les contours d’un autre vivre-ensemble. Le premier ministre, lui, leur offre la diversion du dialogue social sans lendemains apaisants », conclut le journal proche de l’opposition.


L’Agitateur

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs