La presse gabonaise lue par l’Agitateur : La résolution de l’UE à la Une

mercredi 8 février 2017 Speciales


La résolution d’urgence assortie de menaces de sanctions ciblées initiée par l’Union européenne contre certains hommes politiques gabonais, et le dialogue appelé de tous ses vœux par le président Ali Bongo Ondimba afin de désamorcer la crise postélectorale qui s’enlise dans son pays, deux sujets qui ont occupé les colonnes des journaux parus la semaine écoulée.

‘’Jean Ping-Ali Bongo : médiation en vue ?, s’interroge le journal Le Nganga. ‘’Ali Bongo et ses Conseillers ont enfin compris qu’ils n’ont plus d’autres choix que de prendre, au moins, langue avec celui dont on ne prononce pas le nom au Palais. Aucun pays, même géré par les technocrates brillants (ce qui est loin d’être le cas du Gabon) ne peut se permettre de faire face à la fois à une crise économique aigue et à une crise politique qui tire en longueur. Le régime s’est attaché les services du Français Jean-Paul Benoît, avocat de l’Etat ivoirien, pour jouer les médiateurs dans le conflit qui l’oppose à Jean Ping.’’ Rapporte le journal.

‘’Le président de L’Union pour la Nouvelle République (UPNR), Louis Gaston Mayila ; est revenu sur le dialogue national qui alimente l’actualité politique au Gabon depuis plusieurs mois. C’était lors du rituel de présentation des vœux à aux militants de son parti… Sur la question du dialogue national annoncé par Ali Bongo Ondimba, Louis Gaston Mayila a exprimé un ensemble de préalables auxquels il tient. Pour lui, la plus-value de la tenue de ces assises sous les auspices de la communauté internationale serait un arbitrage neutre qui note ‘’les points d’accord et les désaccords, tout comme il enregistre les progrès par rapport aux questions inscrites à l’ordre du jour’’. Rapporte le quotidien L’Union.

Pour sa part, Matin Equatorial note que : ‘’ la partition politique du pays prend progressivement forme et Dieu seul sait où va le Gabon. Et à suivre l’évolution de la situation, ce n’est pas le dialogue de Ping qui peut remettre le pays dans le sens de l’histoire. Mais celui d’Ali. D’où l’urgence de faire non pas sans la quantité des participants venus parfois à ‘’la soupe’’ et rien d’autre, mais de ‘’la qualité’’, tout en pensant dans le contexte actuel ‘’Gabon d’abord’’.’’ Conclut le journal.

‘’Le nouvel appel au dialogue de ce résistant pas comme les autres, n’est malheureusement qu’une constance pour qui connait le personnage. Cette fois-ci, il demande l’arbitrage de l’ONU, oubliant que l’Organisation des Nations-Unies ‘’avait pris acte’’ du coup d’Etat militaro-fasciste en cours au Gabon. Comment peut-il croire qu’une telle institution puisse avoir toute la neutralité nécessaire pour exiger la proclamation des vrais résultats de l’élection d’août dernier ?’’ S’interroge le journal Echos du Nord.

‘’Gabon-Union Européenne ; le bras de fer’’ titre à sa Une le journal Matin Equatorial... Est-ce le début d’un interminable bras de fer ?’’ S’interroge le journal. ‘’Le ton monte dangereusement entre l’Etat gabonais et l’Union européenne, si l’on en juge par l’intervention musclée du Porte-parole du gouvernement. Dans la perspective de la publication du rapport de la mission d’observation de la dernière présidentielle gabonaise.’’ Constate le journal. ‘’La séance chargée du Gabon va enfin se tenir. Une affaire dont l’insistance a fini par rendre suspecte. Jamais une élection dans un pays africain n’a autant polarisé l’attention comme celle du 27 aout 2016 au Gabon. On aurait dit qu’un malin génie active le feu derrière cet interminable feuilleton. On croyait que l’échec des Euro députés au Kenya allait y mettre un point final. Reste à savoir si l’argument va peser à Bruxelles lorsqu’on passera au plat de résistance. On ne sait pas encore quelles sont les personnalités gabonaises qui seront ciblées, ni la nature des sanctions qui pourrait être prises. Une chose parait patente : personne n’en sortira blanc comme le sable des côtes’’ prophétise le journal Matin Equatorial.

‘’Depuis que les députés de différents groupes du Parlement européen s’apprêtent à voter une résolution d’urgence sur la crise de l’Etat de droit en République démocratique du Congo et au Gabon, les émergents sont sortis de leur calme apparent pour monter sur leurs grands chevaux.’’ Fait remarquer le journal Echos du Nord.

‘’Les Gabonais sont attente de mesures politiques fortes visant à contraindre le régime gabonais à rétablir la vérité des urnes, notamment par l’arrêt de la coopération économique et financière, des sanctions ciblées et le boycott diplomatique.’’ Renchérit le journal L’Aube.


L’Agitateur

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs