La presse gabonaise lue par l’Agitateur : Retour sur le Gouvernement Issoze Ngondet II

mercredi 6 septembre 2017 Speciales


La formation du gouvernement du Premier ministre Isozet Ngondet a été largement commentée par la presse gabonaise parue a semaine dernière.

« Si le Gabon était un pays sérieux, dirigé par des gens sérieux, le Premier ministre des putschistes, Emmanuel Issozet Ngondet, ses acolytes, dont le sulfureux Alain-Claude Billie By Nze, le très fantasque Yves Fernand Manfoumbi et Jean Fidèle Otandault, les deux derniers étant respectivement Directeur général du Budget et ancien directeur du contrôle financier, auraient démissionné du gouvernement pour se mettre à la disposition de la justice », regrette l’hebdomadaire Echos du Nord qui renchérit : « un gouvernement peut-il être crédible aux yeux des institutions internationales lorsqu’il regorge des personnalités présentées comme des piranhas financiers ? », s’interroge le journal Echos du Nord.

« En obligeant Irène Patricia Manguila Boussamba à renoncer à ses fonctions tout en assurant la protection d’autres personnes mises en cause dans des affaires de corruption, le Premier ministre consacre l’inégalité dans le traitement des personnes », s’indigne le satirique La Griffe.

« Depuis la formation du gouvernement Issozet Ngondet II, quelques voix s’élèvent pour dénoncer ce qui apparait aux yeux de ces opposants de pacotille, comme une grosse injustice : n’avoir pas été nommés au gouvernement. Eux qui avaient pourtant pris part au dialogue politique d’Agondjé, officiellement, -pour réconcilier les Gabonais et trouver des solutions pour des élections transparentes- menacent aujourd’hui de rejoindre la coalition pour la nouvelle République, qu’ils ironisaient pendant qu’ils percevaient les per diem de cette énième escroquerie », rapporte l’hebdomadaire Le Temps.

« Que fait-on des oubliés du dialogue d’Agondjé ? », s’interroge à son tour le bimensuel La Nouvelle République. « A croire que les politiques gabonais, s’insurge le journal, sont devenus de véritables guignols en panne d’inspiration et ne savent plus quel numéro comique jouer pour nous faire rire dans cet impitoyable merdier de pays appelé Gabon où la dépression nous tenaille au quotidien. On apprend, sans rire, qu’une nouvelle faune d’individus appelés ‘’les oubliés du dialogue d’Agondjé’’ vient d’émerger comme du chaos primordial. Qui sont-ils ? C’est une horde de saltimbanques qui estime qu’en ayant pris part à la messe d’Agondjé dont l’objectif principal, visait, dit-on, à trouver une solution pour une sortie de crise que traverse le Gabon, ils ont droit à des postes au sein du gouvernement nouvellement formé », constate le journal.

« Ceux qui ont péroré à Agondjé, renchérit le journal le Moustique en colère, n’ont pas tous été payés en retour et plusieurs d’entre eux regrettent déjà d’avoir trahi leurs choix initiaux, pour rejoindre le pouvoir », rapporte le journal. « Contaient-ils rebondir à la faveur du dialogue ? », s’interroge le journal Le Moustique en colère.


L’Agitateur

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs