Le Synec pour la révision de la convention collective des établissements de crédits

vendredi 3 octobre 2014 Société & environnement


Au cours d\’un point de presse en début de semaine, les membres du Syndicat national des établissements de crédits (Synec) sont montés au créneau pour demander la révision, entre autres, de leur convention collective et du prélèvement effectué par la Caisse nationale d\’assurance maladie et de garantie sociale (Cnamgs).

Les banques et autres
établissements de micro finance s\’apprêtent-ils à entrer en grève ?

Les agents des établissements de
crédits et membres du Syndicat national des établissements de crédits (Synec)
ont exprimé leur colère en début de semaine devant ce qu\’ils ont qualifié de
manœuvres dilatoires et de provocations de la part de l\’Association
professionnelle des établissements de crédits (Apec) qui regroupe le patronat.

Au cours d\’un point de presse à
Libreville, ces derniers ont invité leur tutelle à procéder à la révision de
leur convention collective et ainsi que celle du prélèvement effectué par la
Caisse nationale d\’assurance maladie et de garantie sociale (Cnamgs).

Concernant la convention
collective, vieille d\’une trentaine d\’années et restée en l\’état, celle-ci ne
correspondrait plus aux réalités actuelles et ne permettrait pas de faire des
réaménagements au niveau de la hiérarchie salariale. Toute chose qui \"rend plus problématique le pouvoir d\’achat
des travailleurs du secteur
\", a indiqué Jean Joseph Koumba Koumba, le
secrétaire général du Synec.

Selon lui, cette révision tant
demandée semble ne pas être une priorité pour le patronat, malgré les multiples
propositions du syndicat concernant notamment le relèvement des salaires,
l\’introduction des règles qui garantissent l\’équité dans la gestion des
carrières, des avancements automatiques et la mise en place d\’une commission de
rémunération et de reclassification.

Or, « la contre proposition de l\’Apec ne paraît pas s\’inscrire dans la logique
de l\’instauration d\’un climat social apaisé et dans l\’esprit de partage tel que
prôné par les hautes autorités du pays
 », renchéri Jean Joseph Koumba
Koumba qui ajoute par ailleurs qu\’il est hors de question que le patronat
persiste à garder une convention collective caduque et qui n\’améliore pas la
gestion de leurs carrières et leurs revenus mensuels.

S\’agissant de la retenue sur les
salaires effectuée par la Cnamgs, le syndicat voudrait que le patronat et
l\’institution aient une concertation avec les partenaires du secteur bancaire
au niveau des assurances privées afin que les prestations médicales soient
prises en charge à 100% par la Cnamgs durant la période du 1er octobre au 31
décembre 2014 et que de nouvelles modalités soient définies au 1er janvier 2015.


ACB

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs