Les populations de Mimongo réclament la réhabilitation de la route

mercredi 20 novembre 2019 Société & environnement


Coupés du reste du Gabon depuis plus de 15 jours suite à des éboulements causés par des fortes pluies sur la route reliant Mimongo à Mouila (96km), les habitants du chef -lieu du département de l’Ogoulou au sud du Gabon ont lancé un mouvement d’humeur mardi 19 novembre 2019.Objectif : Interpeller les plus hautes autorités politiques en charge des travaux publics pour une réhabilitation rapide de cette voie enclavée.

Se sentant délaissées par l’Etat gabonais, les populations de Mimongo pourtant longtemps restées fidèle au Parti Démocratique Gabonais (PDG) au pouvoir manifestent leur mécontentement envers les autorités de l’Etat depuis mardi 19 novembre en raison du mauvais état de la route coupée depuis plus deux semaines. Une situation qui paralyse d’avantage l’administration publique et l’économie locale.

« C’est l’enfer du côté de Mimongo ! Depuis déjà au moins une quinzaine de jours, nous ne sommes plus alimentés en eau et en électricité car la SEEG locale n’étant pas ravitaillée en gasoil, le groupe électrogène qui alimene toute la ville est hors d’usage. Nous avons perdu toute sorte de nourriture dans nos congélateurs. Certains fonctionnaires désertent la ville. Les cours au lycée Madoungou Mbary sont perturbés, les enseignants ne sont plus en mesure d’exercer leur métier dans de bonnes conditions  », a déclaré Eric, jeune manifestant.

La route Mouila-Mimongo, longue de 96 km seulement semble être sortie des programmes d’entretien de l’Etat gabonais depuis plus de 25 ans au même titre que celle du district d’Etéké dans l’Ogoulou qui connaît les mêmes problèmes aujourd’hui. Pour rallier Mimongo en partant de Mouila, les clients déboursaient autrefois une somme de 5000 francs Cfa alors qu’aujourd’hui il faut débourser 25.000 francs Cfa minimum pour un simple trajet aller, en passant par les villes de Ndendé, Lebamba et Mbigou faisant pas moins de 150 km à parcourir .

Ponts cassés, arbres sur la route, éboulements, pénurie en produits alimentaires, en eau et en électricité sont autant d’éléments qui ont poussé les populations de Mimongo à se lever comme un seul homme sans distinction de communauté ethnique ou d’appartenance à un parti politique pour faire entendre leur exaspération aux plus hautes autorités du pays. Cependant malgré la négociation entamée par l’administration locale, les manifestants ne décolèrent pas.

Le nouveau Ministre des Transports, de l’Equipement, des Infrastructures et des Travaux Publics, Hugues Mbadinga Madiya est donc appelé à réagir pour désenclaver Mimongo situé à moins de 100km de Mouila où se trouve pourtant la base provinciale des Travaux Publics bien équipée en engins.


Pacôme IDYATHA

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs