Logement sociaux : le procureur justifie son intervention

vendredi 6 janvier 2017 Société & environnement


Le déguerpissement des occupants des logements sociaux d’Angondjé et Bikélé du 27 au 30 décembre 2016 dernier a créé beaucoup de remous au sein de l’opinion nationale gabonaise au point de susciter la réaction de Steeve Ndong Essame Ndong, Procureur de la République qui à l’occasion d’une déclaration de presse jeudi 05 janvier 2017 au palais de justice de Libreville, a justifié l’intervention du parquet.

« Pour rappel en effet, l’article 28 du code de procédure pénale dispose que le Ministère Publique assure l’exécution des décisions de justice  » a déclaré Steeve Ndong Essame Ndong, Procureur de la République qui selon ses propos justifie son action par la saisine de ses services par l’agent judiciaire de l’Etat « aux fin de l’exécution forcé de la décision de justice rendu le 11 août 2016 qui ordonne l’expulsion de tous les occupants sans titre des lotissements d’Angondjé et de Bikélé, propriété de l’Etat » a-t-il ajouté.

Cet ordonnance du Président du Tribunal de première instance de Libreville a permis au requérant (Ministère de l’Urbanisme) de se faire assister des forces de l’ordre afin d’expulser ceux qu’ils ont appelé ‘’récalcitrants’’.

Selon le chef du parquet, c’est à la suite de plusieurs sommations adressées par voie d’huissier que l’intervention des forces de l’ordre a été sollicitée. « Le parquet de Libreville a réquisitionné 400 agents de force de l’ordre et de sécurité qui ont été déployés à égalité sur les deux sites » a déclaré le Procureur de la République qui a estimé que l’opération s’était globalement bien passée. « Cependant un incident d’une certaine gravité a été notée sur le site d’Angondjé : c’est la destruction volontaire de biens immobiliers, précisément l’incendie des tuyaux d’approvisionnement en eau qui étaient disposés sur les lieux  » a conclu Steeve Ndong Essame Ndong, Procureur de la République tout en ajoutant que trois personnes ont été identifiées comme présumés auteurs de destructions et seront présentés dans les tous prochains jours au parquet de la République.

L’opération du 27 au 30 décembre dernier a permis à l’administration de l’urbanisme et de l’habitat de libérer pas moins de 1279 villas occupés par des squatters qui se qualifient comme ‘’économiquement faibles’’.


Tony Muru

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs