Logements sociaux à Libreville : La BDEAC décaisse 45 milliards de francs CFA

mardi 23 avril 2019 Politique


Selon une décision du conseil d’administration de la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC), 45 milliards de francs CFA seront octroyés au Gabon pour soutenir la construction de 1000 logements dans la zone sud de Libreville.

La Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC) va soutenir à hauteur de 45 milliards de francs CFA le Gabon pour la construction de 1000 logement dans la zone sud de Libreville, la capitale gabonaise. Ce soutien financier validé à l’issue d’un récent conseil d’administration des Etats membres tenu à Malabo en Guinée équatoriale va permettre de soulager un projet de logements sociaux conduit par la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS).

Au Gabon, cette enveloppe tombe à pic. En effet, l’accès au logement est une problématique insufflée par le phénomène d’exode rural qui affecte les territoires du Gabon depuis plusieurs années. A son apogée alors que la ville de Libreville compte quasiment la moitié de la population locale, les projets de construction de logement mise en route à travers la capitale n’ont pas permis d’endiguer le phénomène. Lors de son arrivée au pouvoir en 2009, l’actuel Président de la République, Ali Bongo Ondimba, avait promis construire 5000 logements sociaux par an pour mieux loger les gabonais. Cette politique saluée lors de son annonce n’a pas atteint ses objectifs.

Selon les statistiques officielles on considère à 250 000, le déficit en logement au niveau national. C’est dire l’ampleur du problème.


Michaël Moukouangui Moukala

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs