Mesures d’austérité : Ben Moubamba cloue Ali Bongo au pilori !

jeudi 12 juillet 2018 Politique


Dans une lettre ouverte mardi dernier, l’ancien Ministre de l’Habitat, Bruno Ben Moubamba accuse son allié d’hier, mais l’ennemi d’aujourd’hui d’avoir « sacrifié » les Gabonais sur l’autel des ambitions égoïstes. Pire, il accuse le président gabonais d’avoir cédé aux conditions d’orthodoxie financière, imposées par le Fonds monétaire international en adoptant sans réfléchir, une cure d’austérité aux allures d’un programme d’ajustement structurel.

La charge aurait constitué un grand coup qui aurait même poussé la réaction prompte et virulente du pouvoir comme il en a coutume, si elle n’avait pas été portée par un Ben Moubamba continuellement en contradiction avec lui-même. Mais le grand coup, il l’est apparemment puisque l’ancien vice-premier ministre en charge de l’Habitat n’hésite plus, chaque fois qu’il en a l’occasion, de présenter son allié d’hier, Ali Bongo Ondimba comme le mal absolu du Gabon. Pire, il l’accuse ouvertement d’avoir du sang sur les mains pour avoir trahi les Gabonais après les avoir sacrifié sur « l’autel des ambitions égoïstes ». Mais en réalité, il s’agit là d’une dénonciation pour le moins désespérée d’un Ben Moubamba, qui tente en vain de se refaire une assise sociale après son débarquement infructueux pour son indiscipline et sa démarche cavalière au sein d’un attelage gouvernemental qui se veut plutôt solidaire.

Après avoir attendu en vain d’être repêché, après un an d’éloge sans lendemain envers Ali Bongo qu’il pensait être comme lui l’ « otage » d’un système pourri, Moubamba n’a plus d’autre choix que le chantage médiatique. Mais un chantage qui décidément ne contribue qu’à le clouer davantage, surtout que l’homme est habitué aux coups d’éclats politiques, propres à une marionnette ballotée au gré des occasions politiques. Tantôt dans l’opposition radicale, tantôt proche du pouvoir, Bruno Ben Moubamba a toujours eu maille à partir avec une logique politique précise.
Et au-delà de Ben Moubamba, c’est toute la classe politique ou presque qui se retrouve au banc d’un clientélisme politique ambiant, dicté plus par des intérêts crypto-personnels que par des idéologies politiques clairement défendues.

Malheureusement, Ben Moubamba, pour n’avoir passé le clair de son temps que dans la dérision et la sarabande politique, sombre tristement et pitoyablement dans le dénuement le plus complet. Puisqu’il prend désormais pour cible, le pouvoir qui l’a délesté de tout en lui arrachant même jusqu’aux voitures. Conséquence, un ancien ministre se retrouve aujourd’hui à se promener en taxi. Triste sort pour un cadre qui aura servi la République, surtout à un échelon ministériel.


Leno KOLEBA

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs