Mondial Russie 2018 : Le fiasco africain !

lundi 2 juillet 2018 Sport


C’est terminé pour le continent africain au Mondial de football russe. Les 5 ambassadeurs ont été sortis au premier tour. Depuis 1982, c’est la première fois qu’une équipe africaine ne se hisse pas en 8e de finale. Au-delà de l’arbitrage qui n’est pas forcément excusable, il y a que les Africains, même si chacun a son destin, ont de réels problèmes en Coupe du monde depuis toujours.

Les Coupes du monde se suivent et se ressemblent pour l’Afrique. Des 55 pays membres de la Confédération Africaine de Football, juste 14 pays ont déjà joué la Coupe du monde. Parmi eux, 3 seulement ont atteint les ¼. Il s’agit respectivement du Cameroun (1990), Sénégal (2002) et Ghana (2010). Depuis lors, c’est la traversée du désert. Cela s’est encore manifesté en Russie où tout le monde est passé à la trappe. Même si dans l’ensemble, le continent affiche un bilan négatif, on note que chaque équipe doit avoir un jugement individuel.

Pour sa 2e participation, le Sénégal est de loin la meilleure équipe africaine de ce Mondial, en termes de résultats. Le groupe du coach Aliou Cissé a terminé 3e du groupe H, avec le même nombre de points que le Japon qui s’est faufilé en 8e de finale en raison du fair-play. Le Sénégal a comptabilisé 4 points. Soit une victoire contre la Pologne (2-1), un nul (2-2) avec le Japon et la défaite (0-1) contre la Colombie. Au total le Sénégal a inscrit 4 buts et en a encaissé autant.

La Tunisie (5 participations) s’est réveillée en retard. Mais elle a tout de même signé un précieux succès (2-1) contre le petit poucet, le Panama. Précieuse victoire parce que depuis 40 ans, la Tunisie n’avait plus gagné en Coupe du monde. Du coup les Aigles de Carthage terminent 3e du groupe G, avec 3 points. Une défense fébrile qui a avalé 8 buts et une attaque qui a marqué 5 fois.

Le Nigeria avec 6 présences au Mondial s’est classé 3e dans son groupe avec 3 points. Une petite victoire sur l’Islande et deux défaites face à la Croatie et l’Argentine. Les Super Eagles ont un bilan de 4 buts encaissés et 3 marqués.

Le Maroc est passé à côté du sujet. Dernier de son groupe avec 1 point, c’est-à-dire deux défaites et un match nul. Le technicien français, Hervé Renard n’a pas su contrôler la barque de son équipe qui n’a inscrit que deux buts et encaissé le double lors de sa 6e participation au banquet du football mondial.

Les Egyptiens pour leur 3e mondial ont été les plus décevants avec 3 défaites et 6 buts pris contre deux inscrits seulement dans la poule A. Mohamed Sallah, l’espoir de toute une équipe, diminué physiquement, n’a pas pu réaliser de miracle.

Raisons de l’échec ?

Première remarque : l’état d’esprit. Dans quel état d’esprit les africains viennent au Mondial ? Est-ce que un pays africain a déjà envisagé de gagner la Coupe du monde ? « Tout est d’abord dans la tête, ensuite on se donne l’effort pour atteindre l’objectif », indique l’allemand Lothar Matthäus, champion du monde en 1990.
La Grèce en 2004 a remporté le 12e Championnat d’Europe des nations de football à la surprise générale en battant toutes les grandes nations de football. Et notre confrère de l’équipe, le journal français écrivait ceci : « Sans stars mais avec un état d’esprit et une rigueur tactique irréprochables, les Grecs ont infligé au Portugal une leçon de réalisme aux mastodontes européens ».

On le voit, aucune équipe n’a été à la hauteur de la compétition. Certes l’arbitrage a été bien souvent blâmable, mais l’échec du continent ne se limite pas exclusivement aux arbitres. Dans l’ensemble, il manque à l’Afrique de grands joueurs dans tous les compartiments. Il ne suffit pas seulement de bien jouer, il s’agit de gagner c’est cela qui compte. « Les Africains viennent au Mondial pour bien jouer et se contenter de peu alors que les autres viennent pour gagner », analysait à juste titre un confrère sénégalais. On a vu des phases de jeux fortes ou les Africains ont eu la maîtrise du ballon mais l’inexpérience a joué un vilain tour à toutes les équipes africaines qui à plusieurs reprises n’ont pas été efficaces devant les buts.

Le manque de concentration aussi a été une grosse épine sous leurs bottines. Plusieurs buts ont été encaissés par les équipes africaines dans les ultimes minutes de jeu. Signe patent du relâchement mental et de la fatigue. La gestion d’un match de football commande la concentration à outrance surtout dans les matchs à enjeux. En plus, pour aller loin dans la compétition, il faut avoir des joueurs imbibés de rage et de soif de victoire. A cela il faut ajouter l’efficacité, le réalisme et la rigueur devant les buts.

On n’a pas forcément besoin d’être expérimenté pour bien jouer le mondial. Le jeune attaquant français, Kylian Mbappé, l’a si bien démontré. Il a été le poison de l’Argentine, éliminée en 8e de finale. Son orgueil et son envie de bien faire ont été à l’origine des soucis de Lionel Messie et autres. Il nous faut donc des joueurs capables de soulever des montagnes et qui ont réellement envie.

Revenir à la base

Cela doit être une priorité pour les fédérations. Il faut revenir à la base et avoir des championnats locaux forts et attractifs. Sauf dans le Maghreb et dans une moindre mesure en RDC, les championnats locaux ne sont plus attirants. Le projet de jeu proposé par les acteurs est d’une fadeur puante. Cela influence naturellement les résultats. Il est aussi important d’avoir des infrastructures aux normes modernes pour favoriser le travail du développement du football à la base. Des formateurs très professionnels sont une priorité pour assurer de meilleurs résultats demain à l’Afrique.

En clair, les dirigeants et autres décideurs doivent avoir une vision profonde pour collecter à l’avenir des résultats positifs. Il faut conjuguer les efforts et mettre les moyens conséquents pour que nous ne soyons plus à la traine. Demain se prépare aujourd’hui et la Coupe du monde ne se gagne pas dans l’improvisation. Les Africains doivent comprendre plus que jamais que « Celui qui faillit à sa préparation, prépare sa faille ». Et la gloire ne se donne qu’à ceux qui rêvent grand !


YAO

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs