Mouvement d’humeur à l’ENS : Les étudiants vent debout contre les réformes...

mardi 18 juin 2019 Société & environnement


En grève de protestation depuis ce 18 juin 2019, les étudiants de l’Ecole Nationale Supérieure, (ENS), dénoncent les réformes entreprises par la direction de leur établissement. La bancarisation des bourses, la suppression des allocations ou l’exclusion en milieu d’année académique sont à l’origine de ce nouveau débrayage.

La pilule ne passe pas du tout ! Les réformes entreprises par le directoire de l’Ecole Nationale Supérieur (ENS) ne trouvent pas l’approbation des étudiants qui expriment clairement leur courroux. « Nous ne pouvons pas accepter ces réformes fantaisistes, voila pourquoi nous manifestons notre mécontentement par cette grève. La bancarisation de nos bourses nous soumettra au diktat de nos responsables avec les effets que subissent nos collègues des universités. En plus, le projet va plus loin avec la suppression de nos allocations familiales avec en prime la privation de notre bourse ce mois de juin », nous a confié, un étudiant qui a requis l’anonymat. Les pneus brûlés à l’entrée de l’établissement, l’occupation de la voie publique attestent de la détermination des étudiants.

« Nous ne baisserons pas les bras jusqu’à ce que nous soyons entendus. Ils ont proposé la suppression du redoublement dans le cycle Master à l’ENS. En ce moment, à l’ENS, vous n’avez plus droit à l’erreur. S’il arrive qu’à la fin de votre première année Master 2, vous n’avez pas pu soutenir, le Directeur Général vous accordera 2 ou 3 mois pour que vous terminiez votre mémoire. Si à l’expiration de ce délai, vous n’avez pas soutenu, vous êtes automatiquement exclu. Or, il se trouve que dans certains départements, il n’y pas d’enseignants, et ils suivent plusieurs étudiants en même temps. Aussi, vous pouvez soutenir et avoir des matières non validées. Le directeur général, peut procéder à l’exclusion systématique de ceux qui ont un redoublement, alors que l’année académique s’achève en octobre voire décembre », a conclu l’étudiant remonté avant de se demander sur quel support juridique reposent les reformes querellées.


Tony Muru

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs