Patronat : La CPG a célébré ses 60 ans

lundi 16 décembre 2019 Economie


La Confédération patronale gabonaise (CPG) a célébré le week-end dernier, les 60 ans de son existence. Avec des ambitions rivées vers la modernité, l’organisation patronale entend renforcer son empreinte dans la promotion de l’entreprise gabonaise.

L’histoire, encore moins le temps n’a pas eu raison de la Confédération patronale gabonaise (CPG). Et pour cause, 60 ans après sa création en septembre 1959, cette organisation qui réunit 300 acteurs du secteur privé qui produisent 80% du PIB du Gabon et plus de 90% des emplois du secteur privé connaît une encourageante évolution qui lui a permis de s’adapter à son environnement et de gagner en crédibilité. «  La CPG a survécu à toutes ses années parfois tumultueuses, parce qu’elle a toujours su s’adapter à l’évolution de notre environnement politique et économique (....)  », a souligné Alain Ba Oumar, le Président de la CPG.

Autrefois appelé Union interprofessionnelle du Gabon (UniGabon), la CPG a marqué au fil des années, son empreinte par la défense des intérêts économiques des entreprises gabonaises qui participent activement à la croissance économique nationale. Aujourd’hui mature, l’organisation se positionne comme un acteur clé des réformes du secteur privé.« Grâce à son implication constante et à ses apports en termes de décisions et des solutions, la CPG a aujourd’hui acquis une grande influence auprès des pouvoirs publics, des institutions ainsi que des partenaires sociaux  », a ajouté le Président. Et pourtant, malgré cette influence, les entreprises ne sont pas à l’abri des préoccupations.

Plaidoyer

En dépit des changements opérés depuis sa création et des actions de modernisation qui ont suivi, les entreprises membres de la CPG demeurent préoccupées par la multitude des contrôles récurrents dans le pays par le biais des administrations agréées de l’Etat. Afin de mettre un termeà ces contrôles, le Président de la CPG , Alain Ba Oumar a appelé le gouvernement à mettre en place une série de réformes qui visent notamment, la création d’un guichet unique des administrations de contrôle, l’adoption des nouveaux mécanismes de paiement de taxes ou amendes, la proscription du chiffre d’affaires comme base de toute nouvelle taxe parafiscale, la mise en place de concert avec le Patronat d’une stratégie nationale de régularisation du secteur informel, la recherche d’une solution de titrisation et rachat des créances publiques des PME, la réforme des textes de la CNSS qui datent de 1975, y compris ceux de la CNAMGS. Dans un élan de modernité, il est tout aussi important que des réformes suivent l’évolution de cette organisation.

Perspectives

Face aux défis d’évolution, l’entreprise gabonaise doit renforcer son ancrage économique, notamment au niveau de la sous-région afin d’être plus compétitive. Cette quête de la performance pourrait en effet permettre de surmonter certains obstacles et de relever les défis de croissance en cours. A cet effet, la célébration de ces 60 ans d’existence de la CPG axée autour du thème des « Défis de l’entreprise face à l’intégration régionale  » incarnent mieux les enjeux qui s’imposent dorénavant aux entreprises gabonaises. « Dans un contexte de diminution de la commande publique, l’entreprise gabonaise doit produire, doit prendre des risque et investir dans les niches de croissance que sont l’agriculture, le numérique, le tourisme…  » a souligné le Premier Ministre, Julien Nkoghe Bekale.

Comme une réponse au plaidoyer du Président de la CPG, le Premier ministre a annoncé la tenue dès janvier 2020, des rencontres périodiques avec le monde des affaires, les partenaires techniques et financiers et les institutions financières sous-régionales pour échanger sur la situation économique, financière et monétaire du Gabon et de la sous-région. « J’ai le plaisir de vous annoncer qu’à partir de janvier 2020 le Gouvernement entend organiser des rencontres périodiques… »


Michael Moukouangui Moukala

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs