Port-Gentil : Une ville croulant sous le faix de la paupérisation !

vendredi 4 août 2017 Société & environnement


Pour tous ceux qui s’y rendent ces derniers temps, Port-Gentil n’est plus capitale économique que de nom. Et pour cause, la cessation des activités par de nombreuses sociétés dont certaines qui avaient pignon sur rue, cessation des activités qui a laissé des centaines, voire de milliers d’employés sur le carreau, donne à la ville une image plutôt morose contrastant de loin avec celle qu’elle offrait pendant les années 70 ou 80.

A votre arrivée à Port-Gentil, quelque chose vous manque instantanément, le traditionnel sourire de l’habitant qui vous accueillait et son hospitalité légendaire. Elles sont vraiment loin les années de prospérité liée au boom pétrolier qui avait permis à beaucoup de femmes et d’hommes y vivant de se prendre en charge correctement et de veiller à ce que leur entourage, même circonstanciel, soit épargné des affres de la pauvreté. Or, aujourd’hui, de plus en plus de citoyens Port-Gentillais se recroquevillent sur eux- mêmes à la vue de l’étranger par peur ou honte de n’avoir rien à lui offrir comme au bon vieux temps. Leurs pensées sont plutôt vagues, car elles vont chercher dans des temps immémoriaux, des souvenirs impérissables chargés d’émotion, mais qui donnent le spleen. Nombreux sont ceux qui passent la journée à déambuler, peut-être qu’il y’en a aussi qui choisissent d’écourter leur séjour sur terre, las de supporter une telle forfaiture.

Ils ont attendu avec impatience la mise en place de la zone franche de l’île Mandji, en vain ! Ils croyaient qu’avec elle, même la réduction du prix du baril ou la raréfaction de l’exploitation de l’or noir n’allait pas sonner le glas ! Hélas, ils sont plutôt prisonniers de leur présent. Dommage qu’ils ne soient pas placés devant une alternative qui pouvait leur offrir une point de chute, une reconversion et comment y parvenir sans s’être au préalable préparé ? De plus en plus de d’habitations sont abandonnées au motif qu’il n’y a plus suffisamment de sous pour l’entretien ou la location, c’est selon. Des familles se disloquent chaque jour que Dieu fait, le chef ne trouvant plus de quoi retenir femme(s) et enfants qui optent pour un exil intérieur. Histoire d’aller chercher sa pitance ailleurs.

Faut-il pour autant se résigner ?

Non bien sûr, car l’on dit que tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. Faire des sacrifices ? C’est peut-être ce par quoi l’on trouvera une issue heureuse à la situation que traversent de nombreux habitants de la cité du sable qui ne doivent pas vivre celle-ci comme une fatalité, même si c’en a tout l’air par ces temps de galère quasi- généralisée. Nous parlions avec des amis de veiller à ressusciter Agripog qui fournissait des aliments aux Port-Gentillais, de booster le secteur agricole et la pêche dont plusieurs sont adeptes ici et de développer l’activité touristique pourquoi pas. A quel prix ? Là est toute la question, vu que de nombreux débauchés n’ont pas reçu d’indemnisation, le cas de ceux de la Satram, une des sociétés qui bât de l’aile depuis plusieurs mois et qui se voit pour cela obligée de licencier. C’est ici, on le voit, que le gouvernement de la République qui prône « l’égalité des chances » est attendu plus qu’hier s’il veut donner espoir à ces oubliés des temps actuels qui, nous l’estimons, sont prêts à bien le lui retourner. Pour ce faire, un diagnostic sans complaisance doit être dressé sur la situation que vivent les Port-Gentillais et des réponses concrètes doivent être apportées aux desiderata des populations dont la majeure partie est encore en âge de travailler et donc de participer au développement du pays. Port- Gentil, voulons-nous dire, ne doit pas être regardée comme une curiosité, mais bien comme un mal qu’il faut à tout prix éradiqué. Rendons à la capitale économique ce qu’elle nous a donné.


Doung’

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs