Prise en charge des Cancers féminins au Gabon : des efforts restent à faire !

mardi 28 février 2017 Santé


La fondation Sylvia Bongo pour la famille, dans son programme de réduction de la mortalité maternelle et infantile, s’est engagée à vaincre le cancer. Pour cela, une maison de vie a été mise en place. Mais le constat qui se fait, est que de nombreuses femmes atteintes du cancer meurent encore au sein de ces structures, qui ont pour mission de traiter cette maladie.

Le cancer féminin, en l’occurrence celui du sein et du col de l’utérus, sont les cancers les plus fréquents chez la femme en général, et au Gabon en particulier. Elle est aussi selon la fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la famille, l’une des principales causes de décès chez la femme.

Pour combattre cette maladie, la Fondation s’est engagée dans la prévention, le traitement et l’accompagnement des deux principaux cancers féminins. Une ambition commune qui était celle de vaincre le cancer, en réduisant l’incidence et la mortalité.

Force est de constater que de nombreuses femmes atteintes de cancer perdent encore la vie. En effet, la question qui se pose est celle de savoir si les mesures mises en place par la Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la famille produisent les effets escomptés. Les femmes atteintes par le cancer ne devraient-elles pas être rapidement prises en charge face à cette maladie puisque les dispositions sont mises en place pour que cette maladie cause de moins en moins de décès. La question mérite d’être posée quand nous savons que de nombreuses femmes atteintes de cancer meurent au Gabon, et à Libreville en particulier.

Il y a deux semaines, une jeune femme d’une trentaine d’année atteinte d’un cancer du sein a trouvé la mort au sein du Centre Hospitalier Universitaire d’Angondjé, où elle avait été admise deux semaines auparavant. Mademoiselle P.B, n’a pas eu la chance de s’en sortir. « Ma sœur a souffert pendant deux semaines dans cette structure hospitalière. Depuis deux ans, elle se rendait d’un hôpital à un autre alors qu’elle se plaignait de douleurs au sein, personne n’a jamais diagnostiqué ce cancer du sein qui l’a rongé durant tout ce temps. C’est à quelques mois de son décès qu’on lui a annoncé la maladie. Entre temps, celle-ci avait déjà eu raison d’elle. Elle est morte finalement du cancer du sein. Ne dit-on pas que le cancer est diagnostiqué et combattu au Gabon ? Pourquoi depuis deux ans, on ne lui a pas diagnostiqué cette maladie alors qu’elle se rendait souvent à l’hôpital. J’ai besoin que l’on m’explique pourquoi ma sœur n’a pas été prise en charge à temps  ». Nous confie un membre de la famille de P.B.

Au Gabon, la probabilité de développer un cancer avant l’âge de 75 ans est de 9.7%. En ce qui concerne les cancers féminins, le taux d’incidence du cancer du sein est de 16,1/100 000 femmes et de 19,9/100 000 femmes pour les cancers du col de l’utérus. Il serait souhaitable que le Ministère de la Santé en partenariat avec la Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la famille trouvent des solutions afin de procéder au dépistage systématique des cancers féminins tout au long de l’année afin de réduire le taux de mortalité dû à cette maladie.


Marielle Ilambouandzi

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs