Que de crimes n’a-t-on pas commis en ton nom !

samedi 4 novembre 2017 Politique


L’autre jour devant notre poste de télévision, nous suivions le vice- président de la République gabonais, Pierre- Claver Maganga Moussavou, s’adressant aux opposants du camp Ping, en l’occurrence l’ancien Premier ministre d’Omar Bongo Ondimba, Jean Eyeghé Ndong, et se demandant visiblement à quoi joue ce dernier qui, avec un groupe de politiques, alerte l’opinion sur une probable révision de la loi fondamentale. En lui déniant le droit de parler au nom du peuple. Mais qui doit donc ici parler en son nom ?

Ce peuple qui ne demande que très peu de choses pour se prendre en charge a, aux dires de bon nombre, l’impression d’être tout le temps instrumentalisé par les hommes politiques qui s’illustrent dans un anti- patriotisme qui ne dit pas son nom, privilégiant leurs intérêts personnels au détriment du bien public qui rétrécirait la fracture sociale trop béante, à moins de jouer les autruches.

Quand l’on veut donner des leçons dans un monde où le citoyen est de plus en plus au fait de la réalité en même temps qu’il est instruit sur ses droits, faut- il d’abord que l’on se montre exemplaire. L’être signifie par exemple ne pas constituer une formation politique sur la base de la famille, du clan ou de l’ethnie, mais bien sur celle d’un projet de société viable et réalisable, car les deux vont ensemble pour qui refuse d’être démagogue. Or, en dehors de « sa » provincialisation maintes fois rejetée, on ne sait trop pourquoi, qu’a-t-il proposé à ses compatriotes qui puissent leur permettre de rêver à des jours meilleurs ? A quel titre alors parle-t-il au nom du peuple ? Qui en a déjà assez de galérer. Qu’il se mette au travail aux côtés du gouvernement pour œuvrer à la réalisation du projet de société du chef de l’Etat, s’il tient à ce que son propos soit accepté de tous, au lieu de venir nous vendre du vent. N’est-il pas convaincu, lui qui a l’habitude soit disant du terrain, qu’il y’a non pas une lassitude, mais une sorte de rejet du discours politicien que tout le monde connait aujourd’hui par cœur et qui aggrave les frustrations chez ceux qui en sont à attendre que les politiques jouent franc jeu et se décident enfin à prouver que pour eux, le travail consiste à se mettre au service de la nation, c’est- à- dire de toutes les populations.

Ce refrain qui n’enchante plus !

Chaque fois qu’un homme politique se lance dans une opération de communication, il dit le faire au nom du peuple. Ce qui n’a rien de mauvais, bien au contraire ! Mais là où le bat blesse, c’est quand l’on se rend compte qu’au sortir de ladite communication, ce dernier n’a voulu que se servir du peuple comme strapontin afin de réaliser son ambition masquée.

Il n’est pas indésirable qu’un être humain ait des ambitions, mais il faut que celles- ci soient louables et ne ressemblent pas à un jeu de dupes. L’américain Abraham Lincoln avait bien affirmé, sans doute après avoir observé le comportement de ses compatriotes, qu’on peut tromper une partie du peuple tout le temps, qu’on peut tromper tout le peuple une partie du temps, mais qu’on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps. Aujourd’hui plus qu’hier, avant que de s’adresser aux populations, il faut, comme qui dirait, se regarder dans un miroir. Au sens où il faut que l’on fasse son introspection, revisitant notre manière de faire et d’agir vis- à- vis des compatriotes pour ensuite peut- être trouver les mots justes devant lesquels ils peuvent être sensibles et auxquels ils peuvent un tant soi peu croire. Car il n’y a rien de nouveau sous le soleil équatorial. Sauf si d’un coup de baguette magique, on se mettait à transformer la vie des uns et des autres, ce qu’ils attendent depuis longtemps du reste.

L’heure n’est plus au discours politicien, la République a besoin d’enfants qui esquivent les querelles de clocher pour s’investir en toute âme et conscience dans la réalisation du bien commun, seul gage pour mériter considération et respect de nos jours. Ceci ne s’adresse pas qu’au seul Pierre- Claver Maganga Moussavou qui ne devrait pas s’en offusquer puisqu’il est du devoir du citoyen dans une société démocratique comme la nôtre, de recadrer ses dirigeants au cas où il estime qu’ils adoptent une démarche démagogique qui ne lui profite pas du tout et le distrait, alors qu’il attend d’eux, puisqu’ils le lui ont promis, une amélioration de ses conditions d’existence.


Dounguenzolou.

Vos commentaires

  • Le 4 novembre à 14:27, par Mbambi En réponse à : Que de crimes n’a-t-on pas commis en ton nom !

    Quel criminel ce type,il le paiera tres cher :

    Répondre à ce message

  • Le 8 novembre à 08:54, par srges dry En réponse à : Que de crimes n’a-t-on pas commis en ton nom !

    bonjour y a qu au gabon qu on rencontre ce genre d individu manganga moussavou qui est ne que dans ne province ou il se suffit le peuple gabonais connait le role qui i joue depuis fort longtemps hier tu as vu ali bongo dans sa pensé et tu t opposé a son soit disant pere bongo et aujourd’hui tu accepte d etre nommé par ce ali bongo ,mais franchement qu a t il fait de ces études ou il a faim le poste de vice président c est un poste de sous bal terne toujours adjoint rien de proposition même si votre epouse vous propulse dans les bêtises c est pas responsable d un homme malgrer petit h,a partir de maintenant essaye de rester bouche fermée jusqu’a ton règne JE T EN PRIE

    Répondre à ce message

  • Le 8 novembre à 08:54, par serges dry En réponse à : Que de crimes n’a-t-on pas commis en ton nom !

    bonjour y a qu au gabon qu on rencontre ce genre d individu manganga moussavou qui est ne que dans ne province ou il se suffit le peuple gabonais connait le role qui i joue depuis fort longtemps hier tu as vu ali bongo dans sa pensé et tu t opposé a son soit disant pere bongo et aujourd’hui tu accepte d etre nommé par ce ali bongo ,mais franchement qu a t il fait de ces études ou il a faim le poste de vice président c est un poste de sous bal terne toujours adjoint rien de proposition même si votre epouse vous propulse dans les bêtises c est pas responsable d un homme malgrer petit h,a partir de maintenant essaye de rester bouche fermée jusqu’a ton règne JE T EN PRIEva elevé te vaches et cochon c est un bon emploi

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs